Au même titre que les bijoux et œuvres d'art, le Crédit municipal de Dijon propose aux particuliers d'estimer, de vendre ou de gager leurs bouteilles de vin. Une opération "ma tante" avait lieu à Nuits-Saint-Georges ce samedi.

Il arrive avec une caisse de trois bouteilles de vin et un magnum. Max, qui habite près de Nuits-Saint-Georges, a entendu parler de cette initiative du Crédit municipal de la métropole dijonnaise : ce samedi à Nuits, on pouvait venir faire estimer gratuitement ses bouteilles de vin à un expert afin d’en connaître le prix. Ensuite, libre aux visiteurs de gager leur vin en échange d'une somme d'argent, ou de le confier pour une vente aux enchères, ou simplement de repartir avec une idée plus claire de la valeur de leurs bouteilles.

Le prêt sur gage "ne concerne pas que les objets en or"

Les "samedis de ma tante" (le surnom du Crédit municipal) a donc fait étape pour la première fois à Nuits-Saint-Georges. "L'idée, c'est de montrer que le prêt sur gage ne concerne pas que des objets en or ou des gens en difficulté financière", explique Grégoire Asselineau, directeur général du Crédit municipal de Dijon. "Certains viennent juste pour une estimation, d'autres ont besoin d'argent, d'autres encore veulent libérer de la place dans leur cave. On a aussi des ouvriers agricoles, par exemple, à qui l'on a offert une bonne bouteille."

Ceux qui décident de prêter sur gage leurs vins signent un contrat de six mois renouvelables. Les taux d'intérêt, eux, sont nuls si le montant du prêt ne dépasse pas 100 euros. Au-delà, il varie de 6 à 10% en fonction de la somme prêtée. Si le prêt n'est pas remboursé au bout du septième mois, le Crédit municipal met les biens aux enchères.

Un expert en vin évalue le prix de la bouteille

Ce samedi, la plupart des visiteurs ne sont pas venus pour des prêts mais plutôt pour une estimation. Un monsieur, qui souhaite rester anonyme, a apporté une photo des vins qu'il souhaite vendre :

"Je veux me séparer d'une partie de ma collection et je voulais avoir une estimation relativement précise de ce que ce lot représentait."

"Je ne peux pas stocker davantage de vin que je n'en ai actuellement. Ces bouteilles, je les ai sélectionnées, elles ont une histoire. Je veux m'en séparer pour conserver d'autres flacons", justifie-t-il. Sa sélection : une douzaine de grands bordeaux et bourgogne des années 90. Le verdict de l'expert en vins, Aymeric de Clouet : entre 4 500 et 5 000 euros. Le vendeur est satisfait : ses vins seront mis aux enchères en décembre.

D'autres viennent par simple curiosité, comme ce jeune papa qui apporte un Grand Echezeaux 2011. "C'était un cadeau, j'en ai un carton de six, et je voulais savoir." Sa bouteille sera estimée à 350 euros. 

Après lui, c'est au tour de Max. En voyant sa petite collection, Aymeric de Clouet sourit : "On a de belles choses ici." En l'occurrence, un Nuits-Saint-Georges 1er cru 1999 du domaine Prieuré-Roch qui sera estimé à 250-300 euros, un magnum de Gevrey-Chambertin La combe aux Moines du domaine René Bouvier estimé autour de 100 euros, un Corton 2011 estimé entre 120 et 150 euros et un Hospices de Nuits 1er cru cuvée Fagon 2009, estimé à 50-60 euros. "Je sais que ce sont de bonnes bouteilles et je ne vois pas l'intérêt de les boire seul. Surtout le magnum !", rigole Max.

"Je les ai depuis un certain temps, et je ne savais pas où aller ni à qui m'adresser pour les faire estimer et les vendre. Aujourd'hui, j'ai vu qu'il y avait cette expertise sur place et comme je suis près de Nuits, c'était pratique."

Max

3 000 prêts sur gage accordés chaque année à Dijon

Chaque année, le Crédit municipal de Dijon accorde 3 000 prêts sur gage. "80% de notre activité représente des petits prêts, de 600 euros en moyenne", explique François Deseille, adjoint aux finances à la mairie de Dijon et vice-président du Crédit municipal dijonnais.

"Certains font de tout petits prêts de 20 euros, ils nous déposent des stylos Mont-Blanc ou des briquets. 15% de nos clients font des prêts en-dessous de 100 euros."

François Deseille

Outre les bouteilles de vin, le Crédit municipal peut expertiser et gager des bijoux, montres, des peintures, objets d'art, et réfléchit à faire de même pour les appareils connectés. En attendant, les propriétaires de vins qui décident de remettre leurs bouteilles au Crédit municipal pour la vente aux enchères de la fin d'année "peuvent se rassurer", affirme François Deseille. "Nous avons dans nos locaux une cave destinée à préserver ces vins dans des conditions optimales jusqu'à la vente aux enchères."