HOMMAGE. De Dijon à Notre-Dame de Paris : disparition de Pierre-Alain Parot, le maître des vitraux

La ministre de la culture Rima Abdul Malak a rendu hommage à Pierre-Alain Parot, le maître verrier de Dijon décédé le 6 février à l'âge de 72 ans. Du château de Vincennes à la cathédrale Notre-Dame de Paris, il aura maintenu son art, le vitrail, dans notre siècle.

Des vitraux de l'église Notre-Dame de Talant à ceux de la cathédrale Notre-Dame de Paris, nombreuses sont les restaurations d'art verrier à avoir bénéficié de ses mains et de son œil expert. Depuis 1972, il emmenait l'atelier Parot, crée initialement par son père, dans des projets toujours plus lumineux. Le maître artisan Pierre-Alain Parot est décédé le 6 février 2023.

Dans un communiqué, la ministre de la culture Rima Abdul Malak lui rend hommage. Elle salue "l'ancrage dans un métier transmis, l’acquisition d’une tradition d’atelier, dans laquelle il ne s’est jamais laissé enfermer ", mais aussi sa volonté de maintenir son art dans notre siècle. "II a puissamment contribué aux mutations de l’art du peintre verrier. Fort de la maîtrise absolue d’un métier séculaire, il a mis ses réflexions et sa pratique au service du patrimoine et des artistes ".

L'hommage à celui qui "avait rejoint l’élite des conservateurs-restaurateurs"

Pierre-Alain Parot a restauré, avec les équipes de son atelier du château d'Aiserey (Côte d'Or), des dizaines de vitraux de monuments historiques. A Paris, Vincennes, Bayonne, Metz, des chapelles, églises et cathédrales ont retrouvé couleurs et luminosité grâce à ses talents. Dernièrement, l'atelier avait reçu la charge de restaurer huit baies du chœur de la cathédrale Notre-Dame, durement touchés par l'incendie du bâtiment en 2019. La ministre loue le parcours de l'artiste "associant expérience, sensibilité et goût marqué pour les sciences, il avait en effet rejoint l’élite des conservateurs-restaurateurs"

Il y a 10 ans, France 3 Bourgogne avait poussé les portes de son atelier pour qu'il nous initie à ces pratiques de restauration.

durée de la vidéo : 00h02mn25s
Les techniques de vitrail aux ateliers Parot d'Aiserey (Côte d'Or) ©France 3 Bourgogne

"Créateur autant que restaurateur", un artiste complet et curieux

Mais l'homme n'était pas seulement restaurateur d'œuvres anciennes. "Il a mené d’incessantes recherches autour du verre de couleur et de son inscription dans l’espace" précise le communiqué. Plasticien de cœur, il aura créé, seul ou en collaboration avec d'autres artistes, des vitraux modernes pour plusieurs lieux historiques ou nouveaux.

Son travail pour l'église de Saint-Avit-Sénieur (Dordogne) figure d'ailleurs au catalogue "Lumières contemporaines" ( vitraux du XXIème siècle et architecture sacrée) du centre international du vitrail.

La consécration viendra de son travail avec la photographe Véronique Ellena. Leur "Vitrail aux 100 visages" dévoilé à la cathédrale de Strasbourg en 2015 obtiendra l'année suivante le prix Liliane Bettencourt pour le dialogue d'artistes.

Un chercheur de lumières ouvert aux nouvelles voies

L'œuvre, censée ornementer la chapelle Sainte-Catherine pour les 800 ans de la cathédrale, constituait un véritable défi. Au croisement des techniques de photographie et du vitrail, la photographe avait essuyé le refus des maîtres verriers approchés. Mais Pierre-Alain Parot, enthousiasmé par l'enjeu technique, la contactera pour réaliser le projet. Signe de sa volonté "d'œuvrer dans un tout autre univers, celui de l’innovation, qu’il affectionnait particulièrement".

durée de la vidéo : 00h02mn20s
Le prix 2016 de l'intelligence de la main des ateliers Parot d'Aiserey (Côte d'Or), pour la réfection des vitraux de la cathédrale de Strasbourg. ©France 3 Bourgogne

A propos de ce projet qui a conduit "à la mise au point d’une technique inédite d'impression numérique durable, preuve que l’art du vitrail est bien de notre temps " ainsi que sur le sens de l'innovation du maître, la ministre de la culture salue " son écoute, ses échanges sur le fond, sa recherche d’approfondissement en laboratoire de questions difficiles ou inédites avec ses partenaires du ministère de la Culture, qui traduisaient une curiosité sans cesse en éveil. "

Pierre-Alain Parot parlait de son métier comme "l'art traditionnel de la restauration et de la conservation du patrimoine. On a 1000 ans d'histoire du vitrail à entretenir, mais il y a aussi la création contemporaine. Un maître verrier du 16e siècle entretenait les œuvres précédentes et créait le patrimoine de son temps. Il n'est pas toujours question de faire des copies du passé, on peut justement utiliser les nouvelles technologies qui sont prodigieuses et ouvrent un nouveau champ d'expression sur le verre! "