Livraison à domicile après 22h, port du masque… De nouvelles restrictions en Côte-d'Or

Extension du port du masque, fin de la livraison à domicile après 22h, interdiction de la musique amplifiée… Dès ce mardi 13 avril 2021, de nouvelles mesures complémentaires de lutte contre le covid-19 entrent en vigueur en Côte-d’Or.

Un livreur de la plateforme Uber Eats.
Un livreur de la plateforme Uber Eats. © Philippe LOPEZ / AFP

La fin des mesures sanitaires, ça n’est pas pour aujourd’hui. Fabien Sudry, préfet de Côte-d’Or annonce dans un communiqué de presse l'amplification de mesures de lutte contre le covid-19. Celles-ci entrent en vigueur dès le mardi 13 avril et jusqu’au mardi 11 mai 2021 au moins en fonction de l’évolution de l’épidémie. Tour d'horizon de ces mesures qui s’appliquent sur l’ensemble du département de la Côte-d’Or.

Interdiction de la livraison à domicile après 22h

Après 22 heures, il ne sera désormais plus possible de passer toutes sortes de commandes en livraison à domicile, et notamment les livraisons de repas à la maison. La préfecture justifie cette décision  pour éviter “les possibilités d'interactions et de brassages de la population”. Les livreurs des compagnies comme Just Eat, Uber Eats ou encore Deliveroo devront en l’état cesser toute activité après 22h.

Autre nouvelle mesure, l’interdiction de diffuser de la musique amplifiée. Selon les autorités, la musique incite la population à se rassembler davantage. 

Port du masque étendu et alcool interdit sur la voie publique: ces mesures qui restent en vigueur

Le port du masque déjà obligatoire sur une bonne partie de l'agglomération dijonnaise. Il le sera désormais également "dans les squares et les parcs fermés de centre-ville". Sont concernées les villes de Dijon, Fontaine-lès-Dijon, Chenôve, Talant, Quetigny et Longvic, ainsi que les berges des canaux.

Enfin, la consommation d’alcool est toujours proscrite sur la voie publique. La vente d'alcool en bouteille fermée est désormais interdite, alors qu'elle avait été autorisée dans un premier temps.

Concernant le montant des amendes, rien ne change. En cas de non-respect de ces mesures, toute personne encourt 135 euros. Ce montant peut s’élever à 3750 euros en cas de récidive dans les 30 jours qui suivent.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société