Covid-19 : «En Bourgogne-Franche-Comté, le moindre relâchement peut provoquer l'emballement de l'épidémie" alerte l'ARS

Le Préfet de région et l’Agence Régionale de Santé ont fait le point ce mercredi 30 décembre sur la situation sanitaire alors qu’une extension du couvre-feu se dessine pour 7 des 8 départements de Bourgogne-Franche-Comté. Voici ce qu’il faut en retenir.

Un patient covid dans un hôpital français. L'épidémie pourrait repartir à la hausse après les fêtes de Noël. Le gouvernement préconise un couvre feu dès 18 heures dès le 2 janvier dans les 20 départements les plus touchés.
Un patient covid dans un hôpital français. L'épidémie pourrait repartir à la hausse après les fêtes de Noël. Le gouvernement préconise un couvre feu dès 18 heures dès le 2 janvier dans les 20 départements les plus touchés. © PHILIPPE LOPEZ / AFP

Olivier Véran, ministre de la santé avait donné le ton il y a quelques heures. Nous allons vers une avancée du couvre-feu dans 20 départements de France les plus touchés. Doubs, Jura, Haute-Saône, Territoire de Belfort, Nièvre, Saône-et-Loire et Yonne devraient en faire partie. Le couvre-feu serait avancé à 18 heures au lieu de 20 heures. Le sort de la Côte d'Or est encore dans le flou. 

 

Le point sur la situation épidémique

«C’est en Bourgogne-Franche-Comté que le système hospitalier est le plus sollicité en ce moment », explique en préambule le Préfet de région, Fabien Sudry.

Plus de 1800 personnes sont toujours hospitalisées en Bourgogne-Franche-Comté dont 180 en réanimation ajoute Pierre Pribille, Directeur général de l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté. 

L’Agence Régionale de Santé reconnait que les chiffres des derniers jours sont difficiles à interpréter. Car bon nombre de tests ont été réalisés avant les fêtes pour se sécuriser, beaucoup de tests étaient négatifs et ont fait tomber les données. A Noël, les tests ont aussi marqué une pause, faussant les chiffres.

Les autorités sanitaires s’attendent à une remontée du nombre de contaminations après les fêtes. Et restent sur le qui vive, pour procéder si besoin à des transferts sanitaires.

« Nous avons une situation défavorable, mais pas encore explosible. La situation hospitalière reste très tendue. Nous sommes sur un plateau très haut avec plus de 1800 personnes encore à l’hôpital » note Pierre Pribile. 

 

Quels critères pour avancer le couvre-feu dans certains départements ? 

L’Agence Régionale de Santé a précisé les critères sur lesquels s’appuie le gouvernement pour envisager de nouvelles restrictions locales.

Deux critères sont surveillés : Si le taux d’incidence général d’un département ou le taux d’incidence chez les plus de 65 ans dépasse le seuil des 200 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur 7 jours glissants, le département pourra être soumis à un couvre-feu renforcé dès 18 heures. 

 

Le cas particulier de la Côte d’Or

Le département de la Côte d’Or, n’est pas pour l’instant dans les critères qui pourraient conduire à une avancée du couvre-feu. « Mais il faut être prudent car la Côte d’Or est juste en dessous des critères, cela pourrait changer d’ici samedi » prévient Fabien Sudry, Préfet de région. Le taux d’incidence global y est de 186, le taux chez les plus de 65 ans est de 189. Et se rapproche dangereusement de la barre des 200.

 

Le couvre-feu anticipé sera annoncé le 1er janvier

Selon le Préfet de région, la définition des départements concernés par le couvre feu à 18 heures sera fixée le 1er janvier. 

La mesure s’appliquera dès le samedi 2 janvier 18 heures. L’application passera soit par un décret d’adaptation du décret actuel du couvre-feu, soit par des arrêtés des préfets. Le couvre-feu s’appliquera à l’échelle de l’ensemble du département. Des dérogations seront possibles pour les transports scolaires a précisé le Préfet. La date de fin du couvre feu à 18 heures n’est pas déterminée. 

 

L’efficacité d’un couvre feu anticipé ?

Selon le Préfet de région, l’application d’un couvre feu dès 18 heures, n’est pas une « mesurette ». « Le couvre feu a un impact sur les rapports sociaux. En restreignant la durée de sortie des activités commerciales, on agit sur le brassage du virus » estime le Préfet.

 

Un appel à la responsabilité le soir du réveillon du nouvel an

Pierre Pribile, directeur de l’agence régionale de santé, invite la population à ne pas se rassembler en nombre la nuit de la Saint-Sylvestre. « Ce n’est pas le moment de prendre un risque majeur et collectif, ne pas se rassembler dans un appartement et y dormir. La situation est précaire, le moindre relâchement est susceptible de produire un emballement de l’épidémie difficile à encaisser pour notre système de santé » estime t-il. Des contrôles auront lieu dans tous les départements. 540 policiers, gendarmes, militaires, pompiers, seront mobilisés la nuit du réveillon. 

Quant à la vaccination qui vient de débuter à Dijon notamment, elle va se poursuivre ces prochaines semaines dans les Ehpad selon le calendrier vaccinal prévu par le gouvernement. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société