Covid-19 : ces élus de la majorité qui veulent un “jour d'après” plus à gauche

C'est un appel très "vert" lancé par une soixantaine de parlementaires , dont cinq bourguignons et francs-comtois qui proposent de réfléchir au "jour d'après" à travers une consultation numérique. Des élus majoritairement issus de l'aile gauche et écologiste de la majorité. 

Par Lilian Melet

L'intitulé de la consultation n'est bien sûr pas anodin: le "jour d'après" fait référence à un "blockbuster" hollywoodien qui raconte une terrible crise climatique qui oblige l'humanité à se réinventer.
Et de fait, une partie des signataires de cet appel sont écologistes , comme le député du Doubs Eric Alauzet, le député européen Pascal Durand ou Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot , qui s'est mis en marge du groupe LREM à l'Assemblée.

Et les thèmes de discussion le sont tout autant : on y trouve "à consommer avec modération : vers une société de la sobriété", mais aussi "comment partager le pouvoir" ou "quel nouveau partage des richesses" , des problématiques clairement de gauche , très éloignées de la ligne droitière et libérale de la majorité qui a prévalu jusqu'aux municipales, avec un préalable plutôt  radical :

La catastrophe du Covid-19 , par son ampleur et sa vitesse ,doit nous obliger à repenser nos sociétés. (...) Aujourd'hui , cette crise sanitaire doit nous convaincre qu'un autre monde est possible et que celui-ci devra impérativement être plus écologique , plus démocratique, plus solidaire.


La plateforme  propose de donner son avis dans les consultations , de participer à des ateliers et de monter des "hackathons" , des projets collaboratifs.

     L'aile gauche pointe son nez ?

Cinq élu(e)s de notre région ont donc signé cet appel, les députés francs-comtois Eric Alauzet, Denis Sommer et Frédéric Barbier , la députée de Côte d'or Yolaine de Courson et la députée PS de Saône et Loire Cécile Untermaier , des élus plutôt situés à l'aile gauche de LREM , voir au-delà pour la socialiste bressanne.
Cette plate-forme se situe donc dans la continuité du surprenant discours de rupture d'Emmanuel Macron. Reste à savoir si ces élus sont des poissons pilotes pour un rééquilibrage , ou des francs-tireurs isolés dans la majorité qui espèrent que le moment rendra leur message plus audible.
Et le message de gauche semble effectivement dans l'air du temps, comme l'a senti Arnaud Montebourg qui est venu repointer son nez politique dans les colonnes de Libération...


 

Sur le même sujet

Les + Lus