Covid-19 : Tests, brancardages...les bénévoles de la Protection Civile à nouveau sur le front de l’épidémie

En Franche-Comté, l’épidémie de coronavirus requiert toutes les forces. La Protection Civile met à nouveau à disposition une partie de ses bénévoles. On les trouve au centre 15 comme dans certains Ehpad.
En Haute-Saône, ce binôme de la Protection Civile aide au service des repas dans un Ehpad.
En Haute-Saône, ce binôme de la Protection Civile aide au service des repas dans un Ehpad. © Protection Civile de Haute-Saône via Facebook
Dans leurs tenues bleu et orange et blanche, vous croiserez peut-être ces hommes et ces femmes.

A Besançon, par exemple, la Protection Civile oeuvre au centre de dépistage de la rue du Docteur Mouras près de Micropolis. C’est l’une des missions de la Protection Civile du Doubs. Les bénévoles ont été formés à réaliser les tests PCR.
Si vous appelez le centre 15, c’est peut être un bénévole de la Protection Civile qui vous répondra. Comme au printemps, les appels covid sont filtrés par l’équipe. Le malade est mis en relation ensuite avec un médecin.
Dans le Doubs, “nos personnels ont également été sollicités pour faire du brancardage à l'hôpital de Trévenans près de Belfort” indique la Protection Civile qui compte 101 volontaires dans le département. “Pour l’instant, nous n’avons pas eu demandes de soutien du côté des établissements de soins aux personnes âgées” explique Jean-François Siegrist, directeur de la Protection Civile du Doubs.

La protection civile de Haute-Saône en renfort dans deux Ephad

Dans le département de la Haute-Saône, la seconde vague touche toute la population. Et les arrêts maladies se multiplient. “Nous sommes engagés actuellement dans deux Ehpad à la demande du groupe hospitalier de Haute-Saône pour renforcer les personnels de service, des personnels en tension car les résidents mangent en chambre” explique Renzo Ranchetta, président de la Protection Civile de Haute-Saône. A Saint-Loup sur Semouse et Luxeuil-les-Bains, deux équipes de deux personnes aident le weekend à la préparation et distribution des repas.
“Le souci pour nous, c’est que contrairement à la première vague, nos personnels qui sont des volontaires, travaillent pour la plupart” précise Renzo Ranchetta. “On a dans nos bénévoles, des gens qui travaillent et des retraités, des personnes à risque qu’on ne met pas en première ligne dans les Ehpad” ajoute-t-il. 

En Haute-Saône, la soixantaine de bénévoles de la Protection Civile pourrait être sollicitée prochainement pour aider sur un nouveau site de dépistage. 

Brancardarges dans les hôpitaux, aéroports, tests de dépistage

Dans le Territoire de Belfort, les bénévoles de la Protection Civile sont déployés sur trois points. 8 à 9 personnes aident au tri et brancardage des malades à l’hôpital du Nord Franche-Comté à Trévenans. “Nous aidons également sur les actions ponctuelles de dépistages, dans des communes ou des entreprises, à la demande de l’Agence régionale de Santé” explique Jean-Pierre Kuntz, président de la Protection Civile dans le plus petit département de France. Troisième point : les bénévoles viennent renforcer leurs collègues du Grand Est déployés à l’aéroport de Bâle Mulhouse. 

“On suppose qu’on va être un peu plus sollicité. Tout dépendra si on passe à un confinement total…. On est toujours lié à la difficulté de trouver des bénévoles” ajoute-t-il. Ces bénévoles sont une quarantaine dans le Territoire de Belfort, une dizaine de réservistes se sont manifestés pour apporter leur soutien en cas de besoin.

Dans le Jura, à ce jour, les équipes de la Protection Civile ne sont pas engagées sur le terrain, indique Jean-Robert Bondier, leur responsable. Une situation qui pourrait évoluer dans les prochains jours.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société