Covid19 Doubs : "Apesa" pour les patrons, commerçants et autres indépendants qui sont en grande souffrance psy

La Covid19 a entraîné une crise économique sans précédent. De nombreux chefs d'entreprise, artisans, commerçants, indépendants se retrouvent dans une situation financière difficile et donc en grande souffrance psychologique. "Apesa" est à leur écoute, pour éviter l'irréparable au 03 81 25 25 59.

"Apesa" : un coup de fil au 03 81 25 25 59 pour trouver des solutions et apaiser les souffrances
"Apesa" : un coup de fil au 03 81 25 25 59 pour trouver des solutions et apaiser les souffrances © Pixabay

"C'est la règle des 3 D : Dépôt de bilan, Divorce et Dépression !" Christine-Noëlle Baudin possède la formule choc pour expliquer la situation de nombreux patrons. Christine-Noëlle Baudin est la 1ère vice-présidente de la CCI (chambre de Commerce et d'Industrie) du Doubs et présidente de l'Apesa, Aide Psychologique aux entrepreneurs en souffrance Aigüe. 

La crise sanitaire, le confinement, les fermetures administratives ou la baisse d'activité ont mis à mal la situation financière des entreprises, petites ou grandes. Mise en place du chômage partiel, voire licenciement de salariés, plus de fonds propres, de rentrée d'argent... et un horizon qui demeure très incertain ou carrément bouché : pas de quoi avoir le moral, surtout en cette période de fin d'année, propice aux réjouissances familiales et amicales. Certains n'ont pas le coeur à faire la fête.

"Apesa" : une écoute avant que...

Cette structure d'écoute est née en juin 2018, grâce à l'action de plusieurs organismes comme la CCI, la Chambre de Métiers et de l'Artisanat, l'Union des Industries et des Métiers de la Métallurgie, le syndicat des artisans la Capeb …. Cette cellule est composée de 17 psychologues et de 31 "sentinelles", c'est à dire des chefs d’entreprise, des n°2 d'entreprise ou encore de membres du tribunal de commerce, le tribunal de commerce étant toujours au courant des entreprises qui sont en grandes difficultés financières. De plus, ces sentinelles suivent des formations : elles apprennent à détecter les signes avant-coureurs d'une dépression et d'un éventuel risque suicidaire.

"Nous essayons de prendre le malaise patronal dans sa globalité."explique Christine-Noëlle Baudin." Nous écoutons, orientons éventuellement la personne en grande souffrance vers un professionnel. Notre service est toujours gratuit et confidentiel."

Elle poursuit : "Avec le 03 81 25 25 30, nous avons eu près de 200 appels, notamment pour des renseignements techniques, juridiques, pour des démarches à suivre durant cette crise. Ce numéro est déjà là pour cette aide. Mais nous avons aussi des appels de détresse au 03 81 25 25 59. Même si cela ne se sait pas, parce que c'est encore un tabou, des chefs d'entreprise ont fait des tentatives de suicides. Certains sont déjà décédés. Nous constatons une légère hausse des alertes que nous recevons ces deux derniers mois. Nous avons pu en sauver, d'extrême justesse. Depuis la création de la structure, nous avons reçu 32 alertes avec de véritables risques suicidaires, dont 12 depuis le début de l'année."

Et après ?

Mme Baudin est inquiète notamment pour ceux qui ont dû fermer leurs établissements sur décision administrative : bars, restaurants, hôtels, discothèques... Actuellement, ces entreprises se trouvent « sous perfusion de l’Etat » avec de nombreuses aides financières. Mais après ?

Pour le moment, personne ne voit quand cette crise sanitaire va se terminer. Personne, pas même les "patrons" qui ont souvent l'habitude de tout contrôler. Et il faudra bien rembourser les prêts de l'Etat un jour.

En attendant, Christine-Noëlle Baudin insiste : "Ne restez pas seul si vous êtes en difficultés financières et/ou psychologiques. Faîtes appel à Apesa, des solutins existent, d'autres chefs d'entreprise et des professionnels de l'écoute sont là pour vous."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société économie psychologie entreprises