Damparis : l'usine de sanitaires Jacob Delafon rachetée par Kramer avec le soutien du Grand Dole

Kramer, le groupe français de robinetterie sanitaire, rachete l'usine Jacob Delafon de Damparis dans le Jura. Menacée de fermeture, ce rachat est soutenu par le Grand Dole qui achète terrain et bâtiments. Kramer "s'engage à recruter 65 personnes" pendant un an à partir de juillet.

Jacob Delafon : l'usine de Damparis est reprise par Kramer
Jacob Delafon : l'usine de Damparis est reprise par Kramer © Philippe TRIAS- Max PPP

Le groupe  Kramer a annoncé ce 4 juin vendredi le rachat du site historique Jacob Delafon à Damparis (Jura). L'usine était menacée de fermeture. Ce rachat a été réalisé avec le soutien de l'agglomération du Grand Dole, acquéreuse du terrain et des bâtiments.

Depuis six mois, la saga de Jacob Delafon connaît de nombreux rebondissements. L’usine jurassienne a été mise en vente par Kohler en septembre 2020. Pour cette usine de céramique, plus de 140 suppressions d’emplois étaient ainsi attendues, en l’absence de repreneur. Février marque alors la fin d’une longue incertitude : Kramer, entreprise de la Meuse, fait part de son souhait de racheter l’usine de Damparis.

Le groupe Kohler, actuel propriétaire de l'usine, "a accepté, le 3 juin 2021, la proposition financière de rachat des actifs de production du groupe Kramer, scellant ainsi les négociations", a annoncé Kramer. 

Ce rachat représente un investissement de "près de 5 millions d'euros" pour ce dernier. PME familiale installée à Etain (Meuse) et en Alsace, Kramer compte 112 collaborateurs pour un chiffre d'affaires annuel de 30 millions d'euros.
  

Un recrutement progressif 

Kramer "s'engage à recruter 65 personnes" pendant un an à partir du 1er juillet, prioritairement parmi les salariés actuels du site. A l'horizon 2026, il "souhaite atteindre un total de 150 salariés", pour "renouer avec l'effectif de départ" de l'usine Jacob Delafon. 
    

Kohler avait mis le site en vente en septembre au motif qu'il n'"entrait plus dans sa stratégie" et présentait une "surcapacité chronique". Il a déjà cessé son activité sur le site et Kramer en redémarrera une nouvelle sur place, sans lien avec le groupe américain, a précisé à l'AFP un porte-parole
de Kohler France.
    

"Il ne s'agit pas d'une reprise dans le cadre de la loi Florange", a-t-on précisé de même source. Kohler conserve en outre la propriété de la marque Jacob Delafon.

L'arrêt de la production de Kohler a entraîné la mise en place d'un Pplan de sauvegarde de l'emploi (PSE) assorti d'indemnités de licenciement pour les salariés, si bien qu'"il n'y a pas urgence" à leur réembauche, a relevé Sébastien Peron, président de l'union régionale CFE-CGC de Bourgogne-Franche-Comté.
    

Site historique de Jacob Delafon

Datant de 1899, le site de Damparis est le dernier en France à fabriquer des éléments sanitaires haut de gamme en céramique (WC, lavabos, bidets, vasques...). La communauté d'agglomération du Grand Dole, à laquelle appartient la commune de Damparis, a soutenu le sauvetage en se portant acquéreur des terrains et des bâtiments, pour un montant de 1,35 million d'euros, dont une subvention de 600.000 euros du conseil régional, a indiqué à l'AFP son président Jean-Pascal Fichère (DVD).
 

Cet immobilier sera rétrocédé à Kramer par une location-vente sur une durée de 15 ans, a ajouté M. Fichère. Kramer s'était positionné en février comme l'unique candidat à la reprise. L'entreprise avait retiré son offre deux semaines plus tard, invoquant l'"opacité" de Kohler dans le dossier, avant que les pourparlers ne reprennent.
 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie