Démographie : combien serons-nous en Bourgogne-Franche-Comté en 2070 ?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Da Silva Nicolas .

Si la population française continue de croître, c'est loin d'être le cas en Bourgogne Franche-Comté. Selon l'INSEE, notre région risque de voir son nombre d'habitants fortement diminuer dans les cinquante prochaines années.

Mais combien serons-nous en Bourgogne Franche-Comté en 2070 ? C'est la question que l'Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques (INSEE) s'est posée. Et si certaines régions voient leurs effectifs augmenter, en Bourgogne Franche-Comté, les chiffres dégringolent. 

En 2070, notre région serait la troisième moins peuplée de France avec 2 416 000 habitants en ne comptant pas l'outre-mer. Une chute de 14% par rapport à 2018, soit la plus importante baisse parmi toutes les régions. Chaque année, la population bourguignonne baisserait de 0,29% jusqu'à 2070, soit trois fois plus vite qu'entre qu'entre 2013 et 2018. 

Cette chute s'explique par plusieurs facteurs, notamment le déficit naturel. Cela correspond à un nombre de décès supérieur au nombre de naissances. Avant 2018, il y avait plus de nouveau-nés que de morts mais cela s'est inversé et risque de se creuser jusqu'en 2070. Une tendance qu'on retrouve dans toutes les autres régions du pays excepté l'Ile-de-France. 

En Bourgogne, on vit plus longtemps mais on a moins d'enfants

Quelles sont les raisons ? Selon l'Insee, "les générations à des âges élevées sont de plus en plus nombreuses, causant ainsi plus de décès. Ensuite, il y aurait de moins en moins de jeunes femmes en âge de procréer, et donc moins de chance d'avoir des naissances", analyse Philippe Rossignol, chargé d'étude à l'Insee. 

En effet, l'espérance de vie va être de plus en plus importante en Bourgogne Franche-Comté. Chez les hommes, la moyenne est de 86,4 ans en 2040, bien plus qu'en 2018 (78,4 ans). Idem pour les femmes qui vivraient en moyenne jusqu'à 88,6 ans en 2070, contre 84,4 ans en 2018. Pour faire simple, plus on a de personnes âgées, plus les décès risquent d'être nombreux. 

Le taux de fécondité, lui, est en baisse dans notre région. En 2018, le nombre d'enfants par femme était de 1,80. On observe une baisse dès 2023 avec 1,72 enfants par femme. "Cela peut paraitre être une faible baisse mais ça s'accumule au fil des générations. Les naissances donnent lieu à d'autres naissances. Pour rappel, il faudrait être à 2,04 enfants par femme pour observer un réel renouvellement des générations", ajoute Philippe Rossignol.  

Un habitant sur cinq aura plus de 75 ans en 2050

Et qu'en est-il de l'immigration ? L'INSEE annonce que les immigrations sont impossible à prévoir. Toutefois, il est possible de prédire les migrations entre régions. On constaterait alors plus d'arrivées que de départs, surtout pour les personnes de 60 ans et plus. Leur nombre augmenterait de 25% dans la région.

À l'inverse, la Bourgogne verrait plus de "jeunes" personnes partir qu'elles en accueilleraient. Ainsi, les 20-64 ans représenteraient 49 % de la population en 2070, soit 330 000 habitants de moins par rapport à 2018. 

Et au sein de la Bourgogne Franche-Comté alors ? La Côte-d'Or devrait perdre le moins d'habitant en 2070. Elle passerait de 533 000 à 497 000 Côte-d'oriens. À l'inverse, le territoire de Belfort va perdre environ 32% de ses habitants de 2018 à 2070. "Si les gens ont confiance en l’avenir, ils font des enfants. Si l’avenir n’est pas réjouissant, alors on se voit difficilement accueillir quelqu'un de plus dans la famille", conclut Philippe Rossignol. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité