Démographie : le Doubs devient le département le plus peuplé de Bourgogne-Franche-Comté

Publié le
Écrit par Vanessa Hirson

Selon la nouvelle étude démographique de l’INSEE, le département du Doubs gagne des habitants et devance ainsi la Saône-et-Loire, qui était jusqu’à présent le département le plus peuplé de la région. Par ailleurs, à cause de la crise Covid-19, les décès sont en hausse et les naissances en baisse.

La dernière étude démographique de l’INSEE datait de 2019. L’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques vient d’en publier une nouvelle ce lundi 4 juillet, dans laquelle il note une baisse des naissances et une hausse des décès à cause de la crise sanitaire du Covid-19.

Estimation de 2.785.400 habitants au 1er janvier 2022 en Bourgogne Franche-Comté

De 2015 à 2019, le nombre d’habitants en Bourgogne Franche-Comté était en baisse acceptable mais en 2019 ce déclin s’accélère si bien qu’au 1er janvier 2022, les prévisions tablent sur 2.785.400 habitants en Bourgogne Franche-Comté. A titre de comparaison, le nombre d’habitants dans notre grande région était de :

  • 2.805.600 en 2019
  • 2.800.000 en 2020
  • 2.791.800 en 2021

L’une des premières causes de cette baisse : le Covid-19

La crise sanitaire fait augmenter le nombre des décès et baisser le nombre de naissances. «Avant 2015, il y avait davantage de naissances que de décès. En 2015, il y a eu l’effet ciseaux c’est-à-dire que le nombre de naissances et le nombre de décès sont équivalents et à partir de 2016, le nombre de décès augmente et celui des naissances baisse» note Fabrice Loonès, chef de projets de l’action régionale Service Etudes et Diffusion à l’INSEE. «En 2020 il y a eu 33.660 décès soit une hausse de 11,5% par rapport à 2019 et 31.600 décès en 2021 soit une hausse de 4,6% par rapport à 2019 liées à la crise». L’INSEE estime le nombre de décès du Covid à 4.400 entre janvier 2020 et décembre 2021.

Baisse des naissances

La deuxième raison, le recul des naissances. Les maternités se font de plus en plus tardives, il y a de moins en moins de femmes en âge de procréer et l’indicateur conjoncturel de fécondité est en baisse. L’INSEE observe par ailleurs «une chute des naissances neuf mois après le premier confinement, puis un léger rebond des naissances suite au déconfinement mais pas de rechute des naissances neuf mois après le 2e confinement». En résumé, le deuxième déconfinement n’a pas permis de combler le manque des naissances. «En résumé en 2021, nous avons eu 31.600 décès et 25.390 naissances».

Conséquence, seul le département du Doubs gagne des habitants entre 2019 et 2022 avec une hausse de la contribution du solde naturel (c’est-à-dire la différence entre le nombre de naissances et le nombre de décès enregistrés au cours d'une période) de 0,2% devenant ainsi le département le, plus peuplé. La Côte-D'Or voit sa population rester stable. Les autres départements de la région Bourgogne Franche-Comté perdent des habitants :

  • Jura : -0,3%
  • Nièvre : - 0,8%
  • Haute-Saône : 0,4%
  • Saône-et-Loire : - 0,3%
  • Yonne : - 0,6%
  • Territoire de Belfort : - 0,9%