REPLAY. Départementales 2021 en Haute-Saône : revoir le débat entre les principaux candidats

Les élections départementales se déroulent les 20 et 27 juin 2021 en Haute-Saône. Yves Krattinger, président sortant, conservera-t-il le département à gauche ? Quatre candidats ont débattu lundi 7 juin sur France 3 Franche-Comté.

© France Télévisions

Yves Krattinger est président du conseil départemental de Haute-Saône depuis 20 ans. L'unique département de Franche-Comté encore à gauche. Il est âgé de 72 ans et il est candidat à sa réélection. Adhérent au Parti Socialiste auparavant, il est maintenant Divers Gauche. Il bénéficie d’une large majorité : sur les 34 élus dans l’assemblée départementale, il compte 22 conseillers auxquels il faut ajouter trois élus divers Droite qui votent avec lui. L’opposition de droite compte 9 élus. Son âge et sa longévité à ce poste sont-ils des handicaps pour lui ? Les électeurs de ce département le diront.

Les 20 ans de présidence, c’est l’un des arguments d’Alain Joyandet développé contre le président sortant. Alain Joyandet, sénateur Les Républicains de Haute-Saône, se présente dans un canton de Vesoul avec comme objectif que son camp prenne suffisamment de sièges à la majorité sortante pour devenir président du département. Il est également tête de liste départementale pour l’autre scrutin qui se joue les mêmes jours, les 20 et 27 juin, les élections régionales. Il est conseiller régional sortant dans l’opposition à la socialiste Marie-Guite Dufay.

Le renouvellement : c’est aussi le credo de Quentin Hafekost, du PCF, qui représente sur le plateau les candidats d’une union à gauche regroupant le PCF, EELV, LFI, GRS et GénérationS.

Antoine Villedieu part sous les couleurs du Rassemblement National dans ce débat. Policier, il a fondé un syndicat dans la police. Il souhaite, lui aussi, devenir président du conseil départemental de Haute-Saône. Le RN présente des candidats dans tous les cantons de Haute-Saône. Lors du dernier scrutin, en 2015, il n’y a pas eu d’élu du parti de Marine Le Pen au second tour. De justesse.

Le débat a été vif et animé entre les quatre hommes politiques qui se sont affrontés sur plusieurs thèmes : les routes, les collèges avec le projet de la Cité Gérôme ou encore la politique sociale. Faut-il instaurer un RSA jeunes : des allocations pour les jeunes de 18 à 25 ans, sur le modèle de celui d’après 25 ans ? Comment remédier au manque de médecins en zones rurales ? Stop ou encore pour construire des routes dans ce département ? Et la déviation de Pomoy-Amblans-Genevreuille, priorité ou pas ? Que faire des MNA, les Mineurs Non-accompagnés ? Les routes doivent-elles repasser à la limitation de vitesse de 90 km/heure ?

Revoir le débat

REPLAY. Elections départementales en Haute-Saône : revoir le débat de France 3

Les invités du débat animé par Catherine Eme-Ziri

Découvrez l'ensemble des candidats aux élections départementale en Haute-Saône

Qui se présente, quels sont les binômes homme-femme à se présenter dans chaque canton. C'est à lire dans cet article. Grâce au moteur de recherche ci-dessous, découvrez qui est candidat près de chez vous.

Tout savoir sur les élections départementales et son mode de scrutin 

Les conseillers départementaux sont élus pour une durée de 6 ans. Ils se présentent par binôme, homme et femme.

Pour être élu au premier tour, il faut réussir à obtenir au moins la majorité absolue des suffrages exprimés (plus de 50 %), et un nombre de suffrages égal à au moins 25 % des électeurs inscrits.

Si ce cap n'est pas atteint, il est nécessaire de procéder à un second tour.  Les deux binômes arrivés en tête peuvent se maintenir. Les autres peuvent se maintenir seulement s'ils ont obtenu un nombre de suffrages au moins égal à 12,5 % des électeurs inscrits.

Le binôme qui obtient le plus grand nombre de suffrages au second tour est élu.

Quelles sont les compétences des départements ?

Les conseillers départementaux vont s’occuper des domaines de compétences du département. Ils sont nombreux : Action sociale, aide à l’enfance, personnes handicapées, collèges, voirie départementale, culture, tourisme, sport…. La loi organisation territoriale de la République (NOTRe) du 7 août 2015, a réduit les compétences du département, qui a cédé certaines d’entre elles au profit de la région.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections