Des poissons contaminés par un parasite, la Fédération de Pêche du Doubs lance un appel aux pêcheurs et consommateurs

En ce début de saison,  les pêcheurs sont invités à surveiller les perches, et à ne pas les consommer crues. Elles seraient contaminées par un parasite observé jusqu'à présent seulement dans le Jura, mais inédit en France. 

Clinostomum Complanatum touche les perches, c'est un parasite qui n'était connu qu'en Italie, en Allemagne, dans la vallée du Danube.
Clinostomum Complanatum touche les perches, c'est un parasite qui n'était connu qu'en Italie, en Allemagne, dans la vallée du Danube. © Fédération de pêche du Doubs

La pêche aux carnassiers a débuté dans une partie du Doubs. En ce début de saison, la Fédération de Pêche du Doubs lance un appel à ses adhérents pour traquer un parasite de la perche qui présente un risque potentiel pour la santé des consommateurs.  Ce virus a été identifié dans le département voisin du Jura, en décembre 2019 mais aussi en fin d'année dernière. C'est d'ailleurs le seul endroit où il a été observé en France jusqu'à ce jour. Présent sous forme de kyste, ce Clinostomum Complanatum est un parasite qui n'était connu qu'en Italie, en Allemagne, dans la vallée du Danube. 

On le sait, les poissons ne s'arrêtent pas aux frontières des départements, même en temps de confinement. La Fédération de Pêche du Doubs a procédé elle aussi à des prélèvements dans la rivière Doubs, dans le secteur Saint-Vit-Routelle. Les perches étaient également contaminées, des kystes ont été constatés et même si les analyses sont encore en cours pour confirmer qu'il s'agit bien du même parasite, précise Christian Rossignon, ingénieur hydrobiologiste de la Fédération de Pêche du Doubs, "il y a assez peu de doute" dit-il. 

Pas de sushi de perche 

Même si les perches ravissent le palais de nombreux gourmands, il est recommandé de ne pas les manger crues, et de bien faire cuire le poisson. Le Clinostomum Complanatum présente un risque potentiel pour la santé des humains. Le parasite peut rester invisible à l'oeil nu, donc pas de sushi ou céviché. La Fédération de Pêche du Doubs alerte sur ce point les pêcheurs. Dans le cas de transmission à l'homme, le parasite se loge dans la gorge et son retrait nécessite une intervention chirurgicale. Des affiches d'information sont disposées devant les différents magasins de matériel de pêche pour alerter le plus de monde possible, car tous les pêcheurs ne sont pas connectés sur les réseaux sociaux. 

Un appel aux pêcheurs : "Ayez l'oeil ! "

Depuis samedi 24 avril, les amateurs ont repris les cannes, traquant perches et brochets dans tout le département en dehors du Haut-Doubs où la pêche ne sera ouverte que le 5 juin prochain. Les pêcheurs sont les meilleures sentinelles des rivières. la Fédération de Pêche du Doubs a logiquement lancé un appel à ses adhérents. Elle leur demande de faire remonter toutes les observations réalisées sur l'espèce comme des kystes ou toute autre affection inhabituelle. "La saison vient de commencer, de nombreuses perches vont passer entre les mains des pêcheurs, c'est sûr", exlique Christian Rossignon, on aimerait connaitre l'etendue géographique de ce parasite. "Ayez-l'oeil !" demande l'ingénieur hydrobiologiste à tous les amateurs". 

Les pêcheurs sont invités à envoyer leurs observations, avec la date et le lieu, à l'adresse mail de la Fédération : fede@federation-peche-doubs.org

L'association a également contacté les fédérations des départements limitrophes. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pêche économie environnement santé société pêche loisir sorties et loisirs