Confinement : ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

Le président de la République a pris la parole à 20h ce mercredi 28 octobre pour annoncer un nouveau confinement jusqu'au 1er décembre. La Bourgogne Franche-Comté et l'ensemble du territoire sont concernés, sauf l'outre-mer.

Le président de la République Emmanuel Macron a pris la parole à la télévision ce mercredi 28 octobre à 20h. Il a d'abord posé un constat. En Europe, "nous en sommes tous au même point, débordés par une deuxième vague qui sera sans doute plus dure et plus meurtrière que la première" a estimé E. Macron. Selon lui, si rien n'était fait, l'épidémie pourrait faire jusqu'à 400 000 morts dans les prochains mois. "Si nous ne donnons pas aujourd’hui un coup de frein brutal aux contaminations, nos hopitaux seront très vite saturés." 
 
Rejetant les autres solutions jugées insuffisantes, le président de la République a alors annoncé un nouveau confinement à partir de vendredi 30 octobre. "Il faut retrouver a partir de vendredi le confinement qui a contré le virus." Celui-ci s'appliquera "sur l’ensemble du territoire national" sauf l'outre-mer. Les huit départements de Bourgogne Franche-Comté seront donc confinés, qu'elle que soit leur situation épidémique.  
 

Le détail des restrictions à venir

Comme au printemps, une attestation sera obligatoire pour se rendre au travail, pour des rendez-vous médicaux, pour faire ses courses ou pour prendre l'air.

"Les réunions privées seront exclues" a dit le chef de l'Etat sans préciser davantage, de même que les déplacements. Une tolérance sera néanmoins appliquée durant ce weekend pour que chacun puisse retrouver son domicile à la fin des vacances de la Toussaint. 

Le détail des mesures sera précisé demain en fin d'après midi par le gouvernement, mais plusieurs nuances ont déjà été apportées par rapport au printemps. 

Des différences par rapport au printemps


"Les écoles resteront ouvertes. Le travail pourra continuer. Les Ehpad pourront être visités" a annoncé le chef de l'Etat. 

Dans le détail, les crêches, écoles, collèges et lycées resteront ouverts avec des mesures de protection renforcées. A l'université, les cours devront être dispensés en ligne. 

Le télétravail sera la règle "partout où c'est possible, mais l'activité continuera. L’économie ne doit ni s’arreter ni s’effondrer" a affirmé Emmanuel Macron. Les guichets des services publics resteront également ouverts. 

En revanche, les commerces non essentiels, les établissements recevant du public, les restaurants et les bars fermeront. 

Les visites dans les Ehpads et les maisons de retraite resteront possibles. Contrairement au printemps, les cimetières resteront ouverts
 

Durcissement ou allègement d'ici 15 jours ?

Pour les petites entreprises et les commerces, un point d'étape a été fixé d'ici 15 jours. "Si, d’ici 15 jours nous maitrisons mieux la situation, nous pourront réévaluer les choses" promet Emmanuel Macron, laissant la porte ouverte à la réouverture de certains commerces. 

Il fixe un objectif, un retour sous le seuil de 5000 contaminations quotidiennes contre 40 000 actuellement. 

Le quoi qu'il en coute continuera" a promis le président de la République. les mesures de chômage partiel seront maintenues de même que les aides financières pour les entreprises, notamment l'enveloppe de 10 000 euros du fond de solidarité. De nouvelles mesures seront prises. 

Au printemps, la population avait été confinée pendant 55 jours, du 17 mars au 11 mai, avec sévère restriction des déplacements et fermeture des établissements scolaires, des commerces non essentiels et des frontières.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société