Covid-19 : ce qu'il faut retenir de la conférence de presse de Jean Castex

Ce jeudi 4 mars à 18 heures, le premier ministre a fait un point sur l'épidémie en France. 23 départements sont désormais sous surveillance renforcée. Le Pas de Calais a son tour passe en mode confinement le weekend.

Le premier ministre Jean Castex tient une conférence de presse ce jeudi 4 mars alors que 20 départements sont sous surveillance renforcée.
Le premier ministre Jean Castex tient une conférence de presse ce jeudi 4 mars alors que 20 départements sont sous surveillance renforcée. © Thomas Padilla - maxPPP

"Nous ne sommes pas confrontés, en tous cas pas à ce stade, à une hausse exponentielle de l'épidémie, comme certains modèles le prévoyaient", s'est réjoui jeudi le Premier ministre, Jean Castex, lors d'une conférence de presse.
 "La circulation du virus a continué de progresser mais à une vitesse moindre que ce que nous pouvions craindre", a ajouté le chef du gouvernement, en faisant valoir que "sur les sept derniers jours, le nombre de contaminations quotidiennes a augmenté de 1,4%, alors que ce même chiffre était de +14 % au cours de la semaine précédente".

Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean Castex

Une progression fulgurante des variants sur Besançon 

En Bourgogne Franche-Comté, le département du Jura reste le plus touché par l'épidémie avec un taux d'incidence de 197,01 au 4 mars. Dans le Doubs, la propagation des variants est bien là.  "On observe une croissance fulgurante de la proportion de variants étranger (anglais, sud-africain, brésilien) parmi les cas positifs à la Covid-19", a relevé la préfecture.

Le variant anglais est presque majoritaire dans le département et "les variants sud-africain et brésilien représentent désormais 8% des cas de Covid-19 dans le département du Doubs, soit deux points de plus qu'au niveau national et cinq points de plus qu'en Bourgogne-Franche-Comté", a-t-elle précisé.

Le Préfet du Doubs a annoncé que le port du masque devenait obligatoire dès ce 4 mars sur l'ensemble de la ville de Besançon, les communes de Montferrand-le-Château, Quingey et Saint-Vit. Dans le Doubs, on compte 8% de variants sud-africain ou brésilien contre 3% en moyenne en France. 

Des opérations de dépistage grand public vont être démarrées dès vendredi dans ces communes et une campagne massive de tests sera également menée dans les établissements scolaires où plusieurs cas de variant sud-africain et brésilien sont apparus, entraînant la fermeture de plusieurs classes en collège et lycée.

Besançon : progression inquiétante des variants sud-africain et brésilien


  

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société confinement