Covid-19 : 8% de variants sud-africain et brésilien, le port du masque rendu obligatoire dans toute la ville de Besançon

Dans le Doubs, 8% des tests révèlent la présence de variant sud-africain et brésilien. Un taux supérieur à la moyenne nationale. Le Préfet du Doubs et l'Agence Régionale de Santé annoncent ce 4 mars une série de mesures. 

© OLIVIER BOITET - maxPPP

Les variants sud-africain et brésilien présents dans le Grand Besançon

Dans le Doubs, les variants sont bel et bien là. "On a  50% de variant britannique, 8% de variant sud africain ou brésilien qui nous préoccupent, contre 3% en France, et 6% au niveau régional. Ce taux est porté par la situation et la circulation virale à Besançon" a expliqué Nezah Leftah-Marie, déléguée territoriale de l’Agence régionale de santé.

"Nous devons enrayer la propagation des ces variants sud africain et brésilien. Nous allons rendre le port du masque obligatoire sur l’ensemble de la ville de Besançon" a annoncé Joel Mathurin, préfet du Doubs. "Le variant sud africain est déjà détecté à Montferrand-le-Château, Saint-Vit et Quingey. Le port du masque y sera rendu obligatoire...Une campagne de dépistage sera réalisée dans les établissements scolaires" a ajouté le préfet. "Nous allons renforcer le dépistage et accélérer la campagne de vaccination. Les contrôles seront renforcés par la municipale avec discernement et pédagogie. Dans les autres communes du département pour le port du masque, la concertation se poursuit avec les maires, il est déjà obligatoire dans une quinzaine de communes. En fonction de l’évolution, je n’exclus pas une généralisation du port du masque" a indiqué le préfet.

Dans le Doubs, la diffusion des variants sud-africain ou brésilien se concentre dans l'agglomération de Besançon et ses environs. "La circulation est associée, dans deux-tiers des situations, à des regroupements de cas essentiellement familiaux ou liés à la fréquentation d'établissements scolaires", dont une dizaine sont concernés, a ajouté jeudi après-midi la préfecture dans un communiqué.
 

Un taux d'incidence qui grimpe de 10 points par jour 

Ces variants "nous exposent au risque de voir la situation sanitaire s'aggraver dans les prochaines semaines, au point de ne plus maîtriser l'afflux de patients dans des services hospitaliers déjà en tension", estime la préfecture. Celle-ci "reste extrêmement attentive à la progression du taux d'incidence" et "envisage de durcir encore les mesures sanitaires" si le taux d'incidence venait à dépasser 250 pour 100.000 habitants, ce qui pourrait arriver "dès la semaine prochaine".

Le taux d'incidence du département du Doubs est actuellement de 205 nouveaux cas pour 100.000 habitants, c'est le taux le plus élèvé dans la région Bourgogne-Franche-Comté. Ce taux augmente depuis quelques jours se raprochant du taux d'incidence moyen en France, 221 nouveaux cas pour 100.000 habitants.

"Nous devons passer à l’étape supérieure pour être dans le contrôle. Même dans des quartiers ou le port du masque n’était pas obligatoire, on voyait environ 20% de population portant le masque, je tiens à le saluer. inversement on a vu le weekend quand tout le monde se détend, que les gestes barrières se détendent. C’est un appel à continuer à vivre dans l’espace public, dans nos parcs, mais il reste important de continuer à porter le masque pendant cette période de variants que j’espère la plus courte possible" a déclaré Anne Vignot, maire de Besançon et présidente de l'agglomération. 

D'autres actions pour contrer la progression des variants sud-africain et brésilien

L'agence régionale de santé estime que "contrairement au variant britannique, les variants sud africain et brésilien comportent un risque" car la vaccination n'assure pas d'une efficacité à ce jour contre ces formes de variants. 

La campagne de dépistage va s'accélérer. "Elle sera renforcée dans les établissements scolaires ou sont d’actées les variant sud africain et brésilien. Cette liste d’établissement augmente au jour le jour" explique l'ARS. Nezah Leftah-Marie, déléguée territoriale de l’Agence régionale de santé invite la population à se faire dépister au moindre signe de la maladie. Des barnums de dépistages vont être implantés prochainement à Montferrand-le-Château et Saint-Vit.

Les personnes infectées par des formes variantes du covid seront contraintes à s'isoler durant 10 jours comme le prévoit le protocole sanitaire.

Besançon : progression inquiétante des variants sud-africain et brésilien

Plusieurs classes fermées dans l'acadamie de Besançon

En raison de la présence de ces variants, 3 classes sont désormais fermées au collège des Clairs-Soleils à Besançon. Des parents d'élèves du collège de Saint-Vit ont été informés de fermetures d'une classe et des groupes de classes. un élève a été testé positif au variant sud africain. D'autres établissement sont touchés dont le lycée Victor Hugo à Besançon où des tests massifs de dépistage sont en cours.

Au lycée Pergaud de Besançon, les enseignants SNES-FSU ont écrit eux au Préfet. Ils s'inquiètent du retour de classes entières à partir du 8 mars. "Le 23 février, le Conseil d'Administration du lycée Pergaud a décidé, malgré l'avis négatif émis par le conseil pédagogique, d'un retour des élèves en classe entière, soit en moyenne 33 élèves, à partir du 8 mars en alternant les niveaux sur 3 semaines (2 niveaux en présence et un à distance). "À plus de 30 dans une salle, avec des élèves qui ont parfois du mal à porter correctement le masque, ces conditions comportent-elles des risques ?" s'interrogent-ils.

Doubs, où le masque est-il obligatoire ?

Avant que le Préfet n'annonce ce 4 mars, la généralisation du port du masque à Besançon, Montferrand le Chateau et Saint-Vit et Quingey, le port du masque est prolongé jusqu'au 31 mars 2021. La situation est la suivante : 


Le port du masque demeure obligatoire pour les personnes de 11 ans et plus :


- dans toutes les manifestations sur la voie publique qui demeurent exceptionnellement autorisées en vertu du décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 modifié.
- au sein des galeries commerciales et espaces assimilés des grandes ou moyennes surfaces, ainsi que sur les espaces de stationnement et parkings de la catégorie M 1 au sens de la réglementation des établissements recevant du public (ERP), et ce sur l’ensemble du département du Doubs.

- dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées et sorties des écoles, collèges et lycées, 15 minutes avant et après l’ouverture et la fermeture de ces établissements dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées et sorties des écoles, collèges et lycées, et des installations sportives externes des établissements locaux d’enseignement, et ce 30 minutes avant et après l’ouverture et la fermeture de ces établissements, ainsi que dans un périmètre de 50 mètres autour des campus et cités universitaires sur l’ensemble du département du Doubs.


- dans les zones à fréquentation forte de personnes des communes ayant une fonction de centralité pour le département du Doubs (chefs-lieux d’arrondissement, chefs-lieux de canton, commune de plus de 5 000 habitants) au sein des périmètres détaillés et cartographiés en annexe du présent arrêté des communes suivantes : Audincourt, Baumes-les-Dames, Bavans, Bethoncourt, Frasne, Grand-Charmont, Maiche, Montbéliard, Morteau, Ornans, Pontarlier, Saint- Vit, Seloncourt, Valdahon, Valentigney.

Cette mesure s’applique à toute personne circulant à pied, à l’exception des cycle, tricycle, quadricycle ou engin de déplacement personnel (EDP) motorisé ou non (skate, roller, trottinette, gyropode, hoverboard, monoroue, etc.) roulants.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société