ART. Passionnés par l'oeuvre du peintre Gustave Courbet, un couple donne une partie de sa collection au musée d'Ornans dans le Doubs

Publié le

Marie et Bernard Cola, un couple de Franche-Comté, a fait don au musée Courbet d’Ornans (Doubs) d’une partie son exceptionnelle et originale collection de documents autour de la vie et de l’œuvre du peintre Gustave Courbet. 115 livres rares, catalogues de ventes et autres documents très utiles pour la recherche.

La vaste salle d’exposition de la Ferme de Flagey dans le Doubs est en ébullition. Toute l’équipe du musée Courbet d’Ornans s’affaire pour monter la prochaine exposition présentée dans la maison familiale des Courbet. Une exposition particulièrement originale et inspirée par l’importante donation de Marie et Bernard Cola au musée Courbet.

Des catalogues de vente aux enchères de l’époque, des illustrations, des récits de contemporains de Gustave Courbet (1819-1877) mettent en évidence la stratégie commerciale du peintre, précurseur de la modernité. Bernard et Marie Cola sont venus à la Ferme de Flagey nous raconter leur histoire. L’occasion pour eux de feuilleter, une fois encore, ce qu’ils ont mis tant d’années à réunir au sein de leur collection.

Le double sens d’ « Acheter Courbet »

L’exposition « Acheter Courbet » racontera, du 10 décembre 2022 au 23 avril 2023, comment le peintre « met en œuvre de multiples canaux pour atteindre son objectif désigné : vendre et vivre de son art » précise le musée.  

L’équipe du musée dispose délicatement les ouvrages sur des tables avant de les placer dans des vitrines. Ces écrits, ces caricatures, ces illustrations, les prix au marteau griffonnés sur les catalogues de vente aux enchères, tout cela nous montre comment Courbet était un « artiste entrepreneur »

Si une partie des documents exposés proviennent de l’Institut Courbet, partenaire de l’exposition, la plupart de ces pièces exposées ont été dénichées par Bernard et Marie Cola. Le titre de la prochaine exposition de la ferme est bien à double sens. Acheter Courbet à l’époque du peintre, Acheter Courbet au XXIe siècle pour constituer une collection originale. 

Des collectionneurs au parcours atypique

Au milieu de l’été dernier, ce couple comtois a officiellement  fait don de 115 documents de leur collection au musée. Marie et Bernard Cola auraient pu s’acheter une maison dans le Sud, partir en vacances au bout du monde mais ils ont préféré vivre leur passion pour Gustave Courbet.

Tout a commencé il y a 15 ans, lors de vacances dans le Midi, le couple rentre dans une galerie d’art et a un coup de foudre pour un petit tableau représentant une cascade comme on en voit tant en Franche-Comté.  Une belle cascade signée Gustave Courbet. « On pensait que les Courbet étaient tous dans les musées»  m’ont-ils raconté lors d’une précédente rencontre. Les voilà avec un tableau du maître d’Ornans chez eux. Le couple ne se contente pas d’admirer la toile, il  veut comprendre le peintre.

N’étant pas des spécialistes, de l’art du XIXe siècle, de la peinture de Gustave Courbet, on a essayé à travers des livres de rassembler des témoignages pour se faire une idée de sa peinture mais aussi, surtout, de l’homme. On s’est dit en comprenant l’homme, on va peut-être pouvoir comprendre sa peinture. Bernard Cola

Bernard Cola, collectionneur et donateur

Une démarche pertinente et méthodique. Depuis leur « coup de foudre », ils sont à l’affut chez les bouquinistes, sur internet, dans les salles des ventes et ils trouvent des trésors. Les premières éditions, les raretés, rien ne leur échappe. « Chercher est un plaisir » admet Bernard Cola.

"Chercher est un plaisir"

Dirigeant d’une entreprise dans le bâtiment la journée, il passe ses soirées et ses week-ends à trouver la perle rare. Cela devient une passion. Sur les 400 ouvrages, gravures, journaux satiriques achetés, le couple a décidé de donner 115 documents. Une importante donation qui donne l’idée au conservateur du musée Courbet Benjamin Foudral de monter cette exposition. Au fil des ans, le couple a tissé des liens avec ce dernier et l’équipe du musée. La donation s’est imposée à eux comme une évidence.

C’est émouvant de voir toutes ces œuvres rassemblées. Elles vont continuer de vivre, elles vont pouvoir être consultées par tout le monde. 

Marie Cola, collectionneuse et donatrice

D’ici le printemps, ces ouvrages qui couvrent l’actualité autour de Courbet entre 1850 et 1950 seront mis à la disposition de ceux qui en feront la demande au tout nouveau centre de documentation du pôle Courbet. Un site internet recensera la liste des ouvrages disponibles. Il y aura aussi le fonds du musée, des actes notariés par exemple, et un ensemble de livre sur l’art au XIXe siècle

Au niveau international, il n’y aura plus qu’un lieu où aller pour faire ses recherches. C’est formidable ! Marie et Bernard Cola ont réunis des documents qui sont, pour beaucoup, introuvables.

Thierry Savatier, historien de l’art

Ces pépites sont aussi visibles dans les pièces de la collection permanente du musée Courbet. Le conservateur du musée, Benjamin Foudral a subtilement positionné des ouvrages issus de la  donation Cola dans quelques salles du musée.

Arrêtez-vous sur le catalogue de l’exposition universelle de 1860 à Besançon. Courbet présente à cette occasion 12 toiles. On y voit des caricatures truculentes de Courbet revenant au pays.

Une sculpture de Leboeuf représentant le peintre est également dessinée. Dans la salle suivant, les visiteurs peuvent admirer la sculpture.

Posé sur son lutrin, en plein centre de la pièce, le livre donne un relief tout particulier aux tableaux qui l’entourent. Des portraits de Franc-comtoises, une vue d’Ornans. Ici, les visiteurs saisissent « combien son pays est demeuré une source constante de son art tout au long de sa carrière » explique Benjamin Foudral.

Ces ouvrages d’époque vont compléter un accrochage puisque toutes ses recherches, ses connaissances irriguent notre travail en tant que conservateur dans le choix de ces accrochages. Cela permet de donner des petites clés de lecture supplémentaires que l’on ne trouve pas forcément directement face aux œuvres.

Benjamin Foudral, conservateur-directeur du musée et du pole Courbet

Et si les visiteurs de la collection permanente sont assez attentifs pour lire les cartels, ces petits panneaux explicatifs posés près des œuvres, ils découvriront que c’est grâce à la sagacité et la générosité de Marie et Bernard Cola qu’ils peuvent mieux tenter de comprendre, eux aussi, les intentions si particulières de Gustave Courbet.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité