Adolescente tondue à Besançon : la jeune femme et son petit-ami s'expriment pour la première fois à la veille du procès

Vendredi 23 octobre 2020, les membres de sa famille seront jugés. L’adolescente bosniaque violemment frappée par sa famille à Besançon (Doubs) en raison de sa relation avec un Serbe chrétien, et son petit-ami, ont accepté de s’exprimer pour la première fois, à la veille du procès.
 

La jeune adolescente bosniaque a accepté de s'exprimer par téléphone, à la veille du procès.
La jeune adolescente bosniaque a accepté de s'exprimer par téléphone, à la veille du procès. © Florence Petit - France Télévisions
"Ça va mieux". C’est la voix tremblotante qu’elle donne de ses nouvelles. Sous la protection du service de l’aide sociale (ASE) à l’enfance, la jeune femme de 17 ans, se remet progressivement de son agression survenue le lundi 17 août. La jeune adolescente musulmane originaire de Bosnie-Herzégovine avait été violemment battue et tondue par ses parents à Besançon. Ils lui reprochaient une liaison avec un jeune Serbe chrétien.

Ses parents, son oncle et sa tante comparaissent ce vendredi 23 octobre devant le tribunal pour "violences sur mineur en présence de mineurs et en réunion". À la veille du procès, elle et son petit-ami, ont accepté de s’exprimer pour la première fois, auprès de France 3 Franche-Comté.
 

C’est un peu trop pour moi, je n’ai pas envie de parler demain

La jeune adolescente battue


"En ce moment, je suis un peu stressée à cause du procès", confie l’adolescente, "ça me fait un peu peur". La jeune femme sera présente en tant que victime lors du procès, mais ne s’y exprimera pas : "Je serai au tribunal. […] C’est un peu trop pour moi, je n’ai pas envie de parler demain, je veux juste être là pour écouter".

Le couple revient sur les faits survenus quelques mois plus tôt : "Mes parents n’étaient pas d’accord qu’on soit ensemble alors on a été obligé de fuguer, il n’y avait pas d’autre solution pour se voir", raconte l’adolescente.

La jeune fille, arrivée de Bosnie-Herzégovine il y a plus de 2 ans avec sa famille, entretenait depuis plusieurs mois une relation avec un garçon d'origine serbe qui vivait dans le même immeuble, dans le quartier des Clairs-Soleil à Besançon. Les deux familles se connaissaient et leur relation ne semblait pas poser de problème, jusqu’à ce que les jeunes commencent à parler de mariage.
Le couple, ensemble depuis 4 ans, voulait simplement se marier.
Le couple, ensemble depuis 4 ans, voulait simplement se marier. © Florence Petit - France Télévisions
Son petit-ami de 20 ans, continue : "On a fui la maison pendant quelques jours, en espérant qu’ils se feraient à l’idée que je sois leur gendre", livre le jeune homme. "Ils nous ont embobinés. Ils nous ont embobinés pour qu’on revienne à la maison. Quand on est rentré, c’était le chaos général".

"Ils ont commencé à la frapper, à lui couper les cheveux et à lui demander pourquoi elle avait choisi un chrétien comme époux. À ce moment-là, je ne savais pas comment réagir, je suis vite parti et j’ai appelé la police".
Le petit-ami de la jeune adolescente a directement donné l'alerte.
Le petit-ami de la jeune adolescente a directement donné l'alerte. © Florence Petit - France Télévisions
Les parents que nous avons aussi rencontrés ont exprimé des regrets. Ils sont sous le coup d'une procédure d'expulsion. "On pense qu’ils doivent être punis parce que tout ce qu’ils ont fait, c’est quand même grave", conclut l’adolescente. Les deux amoureux espèrent continuer leur vie en France.
 
Adolescente tondue à Besançon : la jeune femme et son petit-ami s'expriment à la veille du procès
 Un reportage de : RIVALLAIN Emmanuel et PETIT Florence
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers religion société justice