Jeune fille tondue à Besançon : quatre membres de sa famille seront jugés le 23 octobre

Publié le Mis à jour le
Écrit par Isabelle Brunnarius
Palais de justice de Besançon
Palais de justice de Besançon © Christophe Mey -Max PPP

Les parents, l'oncle et la tante de l'adolescente tondue et victime de coups sont convoqués au tribunal correctionnel de Besançon le 23 octobre 2020 pour répondre des faits de "violence en réunion sur mineur, en présence de mineur". La famille de la jeune fille refusait qu'elle épouse son amoureux.

Lundi 17 août 2020, une adolescente musulmane a été violemment frappée par sa famille à Besançon en raison de sa relation sentimentale avec un Chrétien dont la famille est d'origine serbe. Les parents de la jeune fille de 17 ans, son oncle et sa tante ont été placés jeudi 20 août sous contrôle judiciaire. Les parents de l'adolescente sont sous le coup d'une procédure d'expulsion. Le ministre de l'intérieur a assuré que les mises en cause seront reconduits à la frontière.
 

Ce huis-clos familial qui a déclenché des réactions jusqu'au plus haut niveau de l'état continue de faire débat. Cette fois-ci, c'est par articles de presse interposés qu'Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon, et Me Patrick Uzan, avocat de l'oncle et de la tante de la jeune victime opposent leurs visions de cette affaire. Les deux hommes ont accordé chacun une interview à notre confère Willy Graff de l'Est Républicain. 

 

"Il y a suffisamment d'éléments dans l'enquête de flagrance pour juger ces quatre personnes"

Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon



Pour Etienne Manteaux, procureur de la République, "Il y a suffisamment d'éléments dans l'enquête de flagrance pour juger ces quatre personnes". La procédure choisie est celle de la convocation par procès-verbal. Une convocation fixée au 23 otobre prochain. 



"La convocation par procès-verbal (CPPV) permet au procureur de la République de faire juger une personne qui a commis un délit dans un délai maximum de 6 mois après sa garde à vue. Pour pouvoir être utilisée, l'affaire doit être simple." précise le site service-public.fr

Une affaire qui selon l'avocat Me Uzan aurait plutôt nécessité l'ouverture d'une information judiciaire. Une procédure qui, selon le défenseur de l'oncle et de la tante de la victime, aurait "été plus adaptée". La nomination d'un juge d'instruction rappelle l'avocat, permet une enquête à charge et à décharge et, surtout, cette procédure donne la possibilité à l'avocat de demander des actes.  "Par ce choix de la convocation par procès-verbal, regrette l'avocat, je suis privé des attributs de la défense, l'ouverture d'une information judiciaire aurait permis de mettre sur un pied d'égalité les parties" confie l'avocat. 

 

"Il s'agit de ne pas avaler toutes les couleuvres que l'adolescente peut proposer. Nous sommes peut-être devant un mensonge d'enfant qui veut écarter sa famille pour retrouver une totale liberté". 

Me Patrick Uzan, avocat de la famille de l'adolescente



D'après les éléments communiqués à notre confrère de presse écrite par le procureur de la République, c'est bien la religion qui serait à l'origine de la colère familiale. Lorsque l'adolescente de confession musulmane a annoncé l'intention de se marier à un jeune homme chrétien, ses parents ont exprimé leur désaccord. Et c'est la fugue des amoureux pendant quatre jours qui aurait déchaîné la violence intra-familiale.

Le 23 octobre prochain, le juge du tribunal correctionnel de Besançon écoutera toutes les parties. Maitre Uzan a déjà sa ligne de défense. "Il s'agit de ne pas avaler toutes les couleuvres que l'adolescente peut proposer. Nous sommes peut-être devant un mensonge d'enfant qui veut écarter sa famille pour retrouver une totale liberté". 

L'adolescente de 17 ans a eu 14 jours d'ITT (incapacité totale de travail). Pour protéger cette victime, la justice a pris une ordonnance de placement provisoire. Cette procédure d'assistance éducative devrait être réexaminée par le juge des enfants dans une dizaine de jours.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.