Besançon : 60 manifestants envahissent le conseil de surveillance du CHU

Frédéric Vuillaume, syndicaliste FO au sein du conseil de surveillance du CHU de Besançon. / © Fabienne Le Moing - France Télévisions
Frédéric Vuillaume, syndicaliste FO au sein du conseil de surveillance du CHU de Besançon. / © Fabienne Le Moing - France Télévisions

L'intersyndicale CGT-FO-FSU-Solidaires mobilisée contre la réforme des retraites s'en est pris à une autre cible ce vendredi 20 décembre. L'intersyndicale proteste contre la vente du site de Saint-Jacques à l'opérateur Adam Vinci. 

Par Sophie Courageot

Ils se sont rassemblés à 9 heures devant l'hôpital Saint-Jacques au centre ville de Besançon. Un site qui va faire peau neuve ces prochaines années. Le site fait l'objet d'une promesse de vente signée le 13 décembre entre le CHU de Besançon et l’opérateur immobilier ADIM VINCI. Montant : 18 millions d'euros.

Pacifiquement, une soixantaine de manifestants est entrée dans la salle où se déroulait le conseil de surveillance en présence du maire de Besançon Jean-Louis Fousseret, et la directrice de l'hôpital Chantal Carroger. Le groupe est venu dire son opposition à "la braderie" selon eux du site de Saint-Jacques au groupe Vinci. L'opérateur avait été choisi en juillet 2019.  

Une personne de l'intersyndicale a expliqué l'opposition à la vente du site : "Ne doutons pas que le logement social sera accessible aux classes populaires. Cela s'inscrit dans la même logique que celle qui consiste à privatiser Aéroports de Paris, la Française des Jeux, Engie, l'ONF, les barrages hydrauliques, les ports et les routes.... tous les biens communs doivent disparaître au profit des grandes sociétés privées sur lesquelles les pouvoirs publics n'ont plus de prise, et pour le plus grand bonheur des actionnaires". "Une autre réhabilitation du patrimoine bisontin est possible au bénéfice de tous !" a lancé l'intersyndicale.

Rapidement, les déclarations ont tourné sur le sujet de la réforme des retraites aux cris de anti-capitaliste, partage des richesses, partage du temps de travail. "Vous allez profiter des retraites par répartition. Vous ne laissez pas à nos enfants la possibilité de profiter de tout cela" a scandé Frédéric Vuillaume, syndicaliste FO et figure des gilets jaunes à Besançon. L'intrusion au sein du conseil de surveillance aura duré environ 20 minutes. 


 
Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon a demandé aux manifestants de quitter la salle. / © Fabienne Le Moing - France Télévisions
Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon a demandé aux manifestants de quitter la salle. / © Fabienne Le Moing - France Télévisions

 
 

D'autres actions prévues sur la réforme des retraites

L'intersyndicale prévoit d'autres actions dans la journée. Au péage de Valentin entre 16h30 et 18 h pour un opération péage gratuit.
Ce weekend, l'intersyndicale sera présente également samedi à 14 heures sur le marché de Noël Place de la Révolution. 
Lundi 23 décembre, un appel au rassemblement est lancé place Pasteur de 11 h à 15 heures

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus