Besançon : affiches électorales collées de manière intempestive, « ça coûtera 100 euros de l’heure aux candidats »

Publié le
Écrit par Vanessa Hirson

Dans les rues de Besançon, les affiches électorales des candidats à l’élection présidentielle sont collées partout, y compris ailleurs que sur les panneaux destinés à cet effet. Alors la municipalité a décidé de faire payer aux candidats les heures passées à tout décoller.

« Attendez, je regarde, oui c’est ça, le décollage occupe deux agents à temps plein chaque jour ». Eric Durand, est conseiller technique au cabinet de la maire de Besançon. Et ce qu’il dit, il le tire tout droit de ses données enregistrées dans son ordinateur.

Depuis le 21 février, la ville de Besançon renseigne le nombre d’heures que le service propreté passe à décoller les affiches électorales placardées sur des poteaux ou ailleurs, en tout cas, pas à l’endroit où elles doivent l’être, sur un support, comme celle-ci de Fabien Roussel, du Parti Communiste, fixée au Pont du chemin de fer à Rivotte.

L’objectif de la ville : faire payer aux candidats à l’élection présidentielle ces heures consacrées au nettoyage. « Cette décision a été prise en décembre dernier par le conseil municipal et c’est la première fois que nous appliquons cette mesure. A chaque fois l’agent prend des photos, la date, l’heure, l’endroit et tout est répertorié » renseigne Eric Durand, du cabinet du maire de Besançon.

La facture la plus élevée : 8 000 euros

Le trio gagnant : Eric Zemmour, candidat du parti Reconquête avec 80 heures de travail. En deuxième position, Jean-Luc Mélenchon de l’Union Populaire avec 27 heures et en troisième, Philippe Poutou, du Nouveau Parti Anticapitaliste avec 22 heures. Chaque heure passée à décoller ces affiches sera facturée 100 euros.

Ainsi, Eric Zemmour devra rembourser 8 000 euros à la ville de Besançon, Jean-Luc Mélenchon 2 700 euros et Philippe Poutou, 2 200 euros. Le prix a été fixé en conseil municipal. « L’idée est d’interpeller, de dire qu’il faut arrêter de polluer la ville et de montrer que c’est beaucoup d’heures de travail perdues car l’agent qui nettoie pourrait consacrer son temps à faire autre chose et il n’est pas question que ce soit le contribuable qui paie » explique Eric Durand.

Le décompte sera effectué ce vendredi soir et les factures seront envoyées aux candidats lundi. La ville de Besançon procédera au même décompte lors du deuxième tour et pendant les législatives.