Besançon : assis dans la rue pour protester contre l’arrêté anti-mendicité

Une centaine de personnes était rassemblée ce samedi Place Pasteur à Besançon pour protester contre un arrêté municipal interdisant la « station assise ou allongée lorsqu’elle constitue une entrave à la circulation publique ».
 
Un rassemblement assis était organisé ce samedi à 14 heures Place Pasteur à Besançon pour protester contre un arrêté municipal interdisant la station assise ou debout dans l'espace public, sous certaines conditions.
Un rassemblement assis était organisé ce samedi à 14 heures Place Pasteur à Besançon pour protester contre un arrêté municipal interdisant la station assise ou debout dans l'espace public, sous certaines conditions. © France 3 Franche-Comte
Leur mot d’ordre ? « Je suis assis.e ». Une centaine de manifestant s’était rassemblée ce samedi à Besançon après avoir pris connaissance d’un arrêté municipal interdisant notamment « la station assise ou allongée ». « La consommation d’alcool, la mendicité accompagnée ou non d’animaux, les regroupements ainsi que la station assise ou allongée lorsqu’elle constitue une entrave à la circulation publique sont interdites », peut-on lire dans l’arrêté du conseil municipal mis en place le 9 juillet et valable jusqu’au 30 septembre, du lundi au vendredi, de 10 heures à 20 heures.
Besançon : assis dans la rue pour protester contre l’arrêté anti-mendicité

Parmi les manifestants assis Place Pasteur ce samedi, on reconnaît notamment des membres du collectif Sol-Mi-Ré, des militants de la France Insoumise et l’ancienne députée P.S. Barbara Romagnan.

Jacques Vuillemin, ancien adjoint au maire (P.S.) de la ville Robert Schwint est lui aussi venu protester : « Je me souviens que, confronté au même type de problème il y a quelques années, j’avais accueilli des SDF à l’hôtel de ville. Nous avions discuté pour essayer de trouver une solution. Je pense que c’est préférable plutôt que de prendre des arrêtés qui au final ne règlent rien », estime-t-il.
En 2011, Jean-Louis Fousseret, alors maire P.S. de Besançon était... du même avis ! "Peut-être que la vue de la misère insupporte certains mais je crois qu’il faut traiter les causes de l’insécurité, qu’il faut traiter les causes de l’exclusion pour pouvoir trouver de vraies solutions et pour moi ce serait un échec dramatique, je dis bien dramatique, de notre modèle républicain, de légiférer contre la mendicité. Il faut trouver des solutions ", écrivait le maire, qui a vraisemblablement changé d'opinion.   

Pétition

A proximité du lieu de rassemblement certains soutiennent la décision de l’équipe municipale de Jean-Louis Fousseret.

« Le maire a pris une sage décision surtout vis-à-vis des riverains et des commerçants du centre-ville. Nous sommes obligés de nettoyer la rue régulièrement avec des seaux d’eau parce qu’il y a des incivilités, des gens qui pissent dans la rue, sortent leur sexe devant les enfants, boivent trop d’alcool », explique Patrick Barbier, riverain.

Une pétition en ligne contre l'arrêté municipal a été lancée samedi matin. A 16h30, elle comptait 150 signataires.
 
durée de la vidéo: 00 min 40
Besançon : des protestations après la mise en place d'un arrêté interdisant la mendicité en centre-ville
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie sdf société