Besançon : "Castaner assassin", le gilet jaune Frédéric Vuillaume condamné à nouveau en appel

Ce mardi 7 juillet, le leader des gilets jaunes de Besançon, Frédéric Vuillaume (FO) et son ex-compagne attendaient le jugement en appel. En mai 2020, ils avaient été condamnés pour outrage envers le ministre de l'intérieur venu en 2019 dans le quartier Planoise. 

Mr et Mme Frédéric Vuillaume et Kévin Binda convoqués devant le tribunal correctionnel de Besançon pour outrage envers le ministre de l'intérieur Christophe Castaner
Mr et Mme Frédéric Vuillaume et Kévin Binda convoqués devant le tribunal correctionnel de Besançon pour outrage envers le ministre de l'intérieur Christophe Castaner © France 3 Franche-Comté : Emmanuel Rivallain
Frédéric Vuillaume et son ancienne compagne avaient été condamnés en première instance. La cour d'appel a prononcé ce mardi 7 juillet exactement les mêmes peines que le tribunal correctionnel. Frédéric Vuillaume indique qu'il va pourvoir en cassation. Son ancienne compagne pourrait faire de même. 

Les faits remontent au 13 mars 2019.  Ce jour là, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner était en visite à Besançon. Avec le maire Jean-Louis Fousseret, il s'est rendu dans le quartier de Planoise pour lancer la police de sécurité du quotidien.

Cinq personnes qui tentaient d'approcher le ministre avaient été interpellées. "Castaner assassin" le mot aurait été lâché. Deux personnes avaient été relâchées, trois placés en garde à vue. 


Condamnés pour outrage envers le ministre 


En première instance, le 15 mai 2020, Frédéric Vuillaume, Marie-Christine Vuillaume avaient été condamnés pour outrage à 1500 euros d'amende avec sursis avec 5 ans de mise à l'épreuve. Ils ont éte relaxés sur le motif de rebellion. 


L'avocat des prévenus Me Vernier avait défendu lors du procès en première instance la liberté d'expression. Les gilets jaunes disent avoir voulu scander "Castaner assassin... de la démocratie" sans qu'on leur laisse leur temps de finir leurs phrases, avaient alors expliqué Frédéric Vuillaume. 

Kévin Binda, la troisième personne placée en garde à vue avait été relaxée sur le motif de rébellion, mais il devait payer pour outrage envers le ministre une amende de 1000 euros en raison d'un casier judiciaire.



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société gilets jaunes
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter