Besançon : ce que l’on sait des soupçons de viol et agression sexuelle dans un cabinet de dermatologie

Publié le
Écrit par Sophie Courageot
Les patientes ont déposé plainte pour des faits remontant selon elles à l'automne 2021.
Les patientes ont déposé plainte pour des faits remontant selon elles à l'automne 2021. © LIONEL VADAM / L'EST REPUBLICAIN - MAXPPP

Un homme de 44 ans a été mis examen pour viol et agression sexuelle suite aux plaintes de deux patientes. L’homme exerçait alors comme assistant médical dans un cabinet médical, à la place de son frère médecin.

Les faits remonteraient selon les plaignantes à l’automne 2021. Deux femmes avaient eu rendez-vous pour des épilations au niveau du maillot et du sillon interfessier. Le praticien aurait eu des gestes déplacés. La concomitance de deux plaintes a conduit à l’ouverture d’une enquête.

Placé en garde à vue, l’homme nie tout attouchement sexuel et conteste les faits a précisé Etienne Manteaux le procureur de la République de Besançon lors d’une conférence de presse ce 26 novembre. Il a expliqué n’avoir pratiqué qu’une prestation d’épilation au laser.

Son frère médecin a rapidement été mis hors de cause. Le “faux” médecin exerçait depuis “au moins une année” a détaillé le Procureur. Les femmes ont expliqué ne pas avoir déposé plainte tout de suite, en raison d’un état de sidération, et parce que “la qualité de médecin ne les a pas amenées à réagir tout de suite”.

L’homme a été placé sous contrôle judiciaire, il est présumé innocent. Le cabinet dermatologique est resté fermé 24 heures pour permettre aux enquêteurs d’accéder et de comprendre le fonctionnement des appareils.

L'enquête est confiée à la sûreté départementale du commissariat de police de Besançon.

Le fait de travailler en lieu et place d’un médecin est une pratique interdite qui pourrait entraîner la saisine du Conseil de l’Ordre.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.