• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Besançon : deux auteurs franc-comtois remportent les prix littéraires Marcel Aymé et Lucien Febvre

"Statuaire du XVe siècle en Franche-Comté" de Claude Ponsot et "Hével" de Patrick Pécherot ont été primés. / © DR
"Statuaire du XVe siècle en Franche-Comté" de Claude Ponsot et "Hével" de Patrick Pécherot ont été primés. / © DR

Ces distinctions récompensent un ouvrage de fiction et un livre historique. Tous deux ont une intrigue ou un objet d'étude lié à la région.

Par M.D.

Un roman noir et un ouvrage d'histoire. "Hével" et "Statuaire du XVe siècle en Franche-Comté" ont respectivement remporté les prix littéraires Marcel Aymé et Lucien Febvre décernés par l'Association du livre et des auteurs comtois (ALAC) ce lundi 3 novembre à l'Hôtel de région de Besançon.

Quel point commun entre ces deux livre ? Leur auteur ou leur thème ont un lien avec la Franche-Comté, "sans pour autant se limiter au cadre d'un régionalisme étroit", précise l'association.

 

"Une atmosphère aussi incertaine que le climat"


Première distinction : le prix Marcel Aymé récompensant la meilleure fiction qui a été remis à Patrick Pécherot pour "Hével". Cet ouvrage dont le titre signifie "réalité éphémère, illusoire, absurde" relate des événements qui se sont passés à la fin des années 1950 dans le Jura, au moment de la guerre d’Algérie.

Un meurtre, l'amitié, la mort, la guerre... Autant de thèmes abordé dans ce roman noir qui "emmène le lecteur sur les routes jurassiennes hivernales, dans une atmosphère aussi inquiétante et incertaine que le climat", détaille l'ALAC.
 

Seconde récompense : le prix Lucien Febvre qui va à Claude Ponsot pour "Statuaire du XVe siècle en Franche-Comté". L'ancien pédiatre bisontin y étudie une cinquantaine d'œuvres dont une grande partie est attribuée aux trois grands imagiers de la cour de Bourgogne : Claus de Werve, Jean de la Huerta et Antoine Le Moiturier. La plupart sont conservées dans les églises et musées de Franche-Comté.

"Il donne de ces œuvres une lecture personnelle qui sensibilise le lecteur, érudit ou néophyte, aux qualités émotionnelles et spirituelles transmises par ces artistes du XVe siècle", ajoute l'Association du livre et des auteurs comtois.

 

Sur le même sujet

Meurtre d'Anne-Sophie Girollet : la cour d’assises se rend à Mâcon sur les bords de Saône

Les + Lus