Besançon : étudiants et lycéens dans la rue contre la loi travail

"El Khomri, t'es foutue, les étudiants sont dans la rue". Entre 300 et 400 étudiants, lycéens, mais aussi des salariés ont manifesté dans les rues de Besançon ce matin pour protester contre la réforme du code du travail. 

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Huit jours après une première mobilisation aux côtés des salariés, étudiants et lycéens étient appelés à descendre à nouveau dans la rue jeudi pour dire non au projet de loi travail, même dans sa version remaniée par le gouvernement.

A Besançon, une assemblée générale s'est déroulée ce matin à 10 heures à la faculté des lettres. Le cortége composé d'étudiants, lycéens et salariés a défilé ensuite dans les rues de la ville, faisant le tour des lycées. Les forces de l'ordre ont empêché les lycéens de Jules Haag de sortir de l'établissement. La manifestation s'est déroulée sans incidents. Les étudiants veulent maintenir la pression sur le gouvernement. Ils manifesteront à nouveau le 31 mars, nouvelle journée d'action nationale.

Un peu plus de 300 manifestants ont défilé ce matin à Besançon à l'appel de différents syndicats et organisations de gauche, pour protester contre le projet de loi travail. Reportage L.Ducrozet, F.Le Moing.


Un appel lancé par un cortège de syndicats et organisations étudiantes

"Nous appelons tous les jeunes à une nouvelle journée d'action le 17 mars prochain pour exiger le retrait sans conditions de ce projet de loi régressif (...) lutter contre le chômage et garantir à tous un droit à un avenir stable" : l'appel a été lancé depuis Paris par plusieurs organisations, parmi lesquelles l'Unef, la Fidl, le SGL, l'UNL, les jeunes CGT, Solidaires Étudiants, Génération Précaire, Maison des Potes, Osez Le Féminisme, NPA Jeune, les jeunes Écolos, les jeunes Socialistes, les jeunes Communistes et ceux du Parti de gauche.