Besançon : Les restaurants universitaires CROUS en grève, le personnel réclame de meilleures conditions de travail

Pas de repas ce lundi 11 octobre pour les quelques milliers d’étudiants de Besançon et de Dijon. Les « Restos U » de Bourgogne-Franche-Comté rejoignent le mouvement de grève national des CROUS, commencé le 4 octobre.

Au restaurant universitaire Lumière de Besançon, il faut regarder derrière les vitres pour entrevoir des tables et des chaises vides. Une pancarte indique le mouvement de grève. Ce lundi 11 octobre, les deux grandes cantines universitaires de Besançon (Le petit Bouloie et Lumière) n’assureront pas leur service. Les « Restos U » de Dijon sont aussi mobilisés.

Un mouvement national

Depuis le 4 octobre, le personnel des restaurants universitaires CROUS est en grève. Un mouvement national, qui prend aussi ses marques en Bourgogne-Franche-Comté. « Il s’agit d’éléments salariaux mais aussi des éléments statutaires. Nous échangeons avec l’ensemble des représentants du personnel sur ces sujets, sur l’ensemble des éléments qui font l’objet de cette grève », assure Jean-Marc Quemeneur, directeur adjoint du Crous Bourgogne-Franche-Comté. Les revendications sont remontées au niveau national (CNOUS) et au ministère.

Au Petit Bouloie et à Lumière, seuls 12 employés travaillent aujourd’hui, contre les 45 habituellement présents chaque jour. Le directeur adjoint du Crous Bourgogne-Franche-Comté tient à « s’excuser auprès des étudiants ». Il l’assure : « nous proposons un service minimum pour le déjeuner ». Ainsi, au lieu des 1500 sandwichs vendus chaque jour, 300 seront distribués ce midi. De quoi rassasier celles et ceux qui auraient oublié la grève.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société