• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Besançon : Parents d'élèves et syndicats enseignants manifestent devant la permanence de la député Fannette Charvier

Parents d'élèves et syndicats devant la permanence de la député LREM Fannette Charvier à Besançon. / © France 3 Franche-Comté : Laurent Brocard
Parents d'élèves et syndicats devant la permanence de la député LREM Fannette Charvier à Besançon. / © France 3 Franche-Comté : Laurent Brocard

La loi Blanquer inquiète. Ce mardi 19 mars, une manifestation s'est déroulée devant la permanence de la députée du Doubs qui est aussi rapporteur du projet de loi "Pour une école de confiance". 

Par Sophie Courageot

Le SNUipp-FSU du Doubs avait lancé l'appel. Plusieurs écoles du départements sont restées fermées ce mardi 19 mars.  Curie, Champrond, Picardie à Besançon, Ornans maternelle, Rougemont élémentaire et maternelle, Clerval élémentaire, Métabief, Les Hopitaux Neufs, Jougne, les Fourgs, Grand Charmont Bataille maternelle n'ont pas accueilli les enfants en ce jour de grève.

"La loi Blanquer est pleine de mesures inquiétantes pour la bonne santé des écoles publiques tant pour les élèves que les enseignants" dénonce Karine Laurent ,co-secrétaire départementale SNUipp-FSU 25. "Le fonctionnement de l'école est transformé par ce projet de loi. Les écoles maternelles et primaires d'un secteur géographique seraient fusionnées avec le collège du secteur... On y perd la notion de proximité et toute la qualité de la proximité... On ne comprend pas comment on veut regrouper sous une même structure des enfants de 2 à 15 ans et comment on va prétendre s'en occuper correctement" ajoute la syndicaliste.
 
Besançon : parents d'élèves et enseignants inquiets de la Loi Blanquer sur l'école
Reportage Florence Cicolella, Laurent Brocard. avec Delphine Monnier-Benoit Professeure à l'école Champagne Besançon Karine Laurent Co-secrétaire départementale SNUipp-FSU 25


Une délégation a pu rencontrer la député la veille de la manifestation et  dit ne comprendre pas l'objectif de cette loi Blanquer. Autre inquiétude, la loi prévoit de rendre obligatoire la scolarisation des enfants dès l'âge de 3 ans et non plus 6 ans. "En rendant l'instruction obligatoire à 3 ans, le gouverment oblige les communes à financer autant les maternelles privées que publiques. A partir de la rentrée prochaine, le budget sera donc partagé" déplore Romain Champion du SNUipp-FSU25.

Plus globalement, les enseignants dénoncent le projet de loi de transformation de la Fonction publique dont l'objectif disent-ils est "la réduction des dépenses publiques par le biais de suppressions de postes et donc de dégradation de la qualité du service public pour toutes et tous".

Les enseignants et certains parents ont rejoints en fin de matinée la manifestation de défense du pouvoir d'achat devant la chambre de commerce et d'industrie du Doubs.  Ce mardi 19 mars, plusieurs organisations CGT, FO, Solidaires, la FSU et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens) ont lancé un appel.
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Bourbon-Lancy : la saison est fortement compromise après l’incendie des thermes

Les + Lus