Besançon : Planoise fait partie des quartiers en “reconquête républicaine”

© Jean François Ottonello - maxPPP
© Jean François Ottonello - maxPPP

Le ministre de l'Intérieur a inauguré ce dispositif. Il prévoit de doter trente quartiers difficiles de moyens supplémentaires de police. Trente quartiers sont concernés d'ici décembre 2018.

Par Sophie Courageot

C'est l'une des mesures phares de la police de sécurité du quotidien. 

Le dispositif des "quartiers de reconquête républicaine" prévoit le déploiement d'ici à décembre de 300 fonctionnaires supplémentaires dans une quinzaine de quartiers sensibles. Les 15 premiers quartier concernent  les communes de Sarcelles/Garges-lès-Gonesses (Val-d'Oise), Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne), Marseille, Lyon, Besançon, Lille, Strasbourg, et Aulnay-sous-Bois/Sevran (Seine-Saint-Denis). D'ici la fin du quinquennat, 60 quartiers seront concernés par le dispositif.
 

C'est quoi un quartier en reconquête républicaine ? 


Concrètement, chaque nouveau quartier faisant partie du dispositif bénéficiera de 15 à 30 renforts nets par rapport à leur effectif de base. Des jeunes policiers sortis d'écoles mais surtout des fonctionnaires expérimentés qui viendront renforcer des brigades spécialisées comme les BAC, les brigades anti-criminalité ou les brigades spécialisées de terrain.
  
La lutte contre les trafics sera l'un de leurs objectifs majeurs, en particulier sur les stupéfiants, selon un modèle expérimenté à Marseille. Chaque département accueillant un QRR disposera d'une cellule de renseignement opérationnel sur les stupéfiants (CROSS) qui doit permettre un "décloisonnement" du renseignement criminel, avec un service chef de file. 
   

Dans ces quartiers, sera également renforcé le  contact avec la population et les partenariats avec les élus et les autres administrations de l'Etat.
 

 ► Découvrez les quartiers concernés en France 



 

Sur le même sujet

Les + Lus