Besançon : à quoi vont servir les 500.000 euros de dons récoltés par l'hôpital pendant la crise du coronavirus ?

Le CHU de Besançon a enregistré près de 500.000 euros de dons financiers. Une partie de cet argent a permis déjà des achats pour les personnels.
© JF BIANCHETTO/MAXPPP
"A ce jour, le CHU enregistre près de 500.000 euros de dons et notamment deux exceptionnels", celui de 300.000 euros de la Fondation des hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France et celui de 100.000 euros du Dijon Football Club Côte d'Or", a fait savoir l'établissement dans un communiqué. Les autres dons ont été effectués par des associations, des entreprises ou des particuliers.

"Des sportifs et des artistes ont fait preuve d'initiatives originales et fédératrices pour récolter des fonds, notamment : un semi-marathon confiné dans un jardin, un match virtuel de handball, un clip de sensibilisation des sportifs bisontins ou encore l'oeuvre d'une artiste mise aux enchères", a souligné le CHU.

Du petit matériel pour le confort des équipes soignantes


L'hôpital a déjà acquis "des petits matériels pour apporter du confort aux équipes soignantes dans les différents services". Il a également "confié à ses personnels l'élaboration de projets visant à améliorer l'accueil et le séjour des patients et la qualité de vie des professionnels de l'établissement".

Une collecte solidaire avait été mise en ligne, dès le mois d'avril. La plateforme est toujours active.

Des gestes de réconfort "très appréciés par les équipes" ont également été apportés par la population, par des professionnels ou des associations, tels que des repas, des produits cosmétiques, des soins esthétiques, des petits présents ou encore des bons d'achat d'essence.

"La crise sanitaire a fait émerger des gestes solidaires sans précédent envers les personnels hospitaliers, saluant ainsi leur professionnalisme et leur engagement remarquables au quotidien dans la lutte contre le Covid-19", a noté l'hôpital qui remercie les donateurs.
       



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société covid-19