"C'est une belle histoire, pourvu que ça dure" : 10 ans déjà qu'elle vit sous assistance cardiaque avec un cœur artificiel

Une patiente du CHU de Besançon (Doubs) a célébré ce vendredi 1ᵉʳ mars un bel anniversaire avec les équipes de l'hôpital : depuis 2013, elle vit avec un cœur artificiel. C'est la troisième patiente en France à fêter 10 ans d'assistance cardiaque mécanique.

Émue, elle l'était forcément ce vendredi 1er mars 2024 au service cardiologie du CHU Jean-Minjoz de Besançon (Doubs). Même si Evelyne Goyet, 77 ans, vient tous les mois ici, ce rendez-vous-là était vraiment exceptionnel.

La septuagénaire est venue pour un anniversaire : c’est, en France, la troisième patiente à fêter ses dix ans d’assistance cardiaque. "Franchement, je suis très contente, je commence à bien connaître l'équipe et j'ai retrouvé le professeur qui m'a opéré", confie Evelyne à France 3 Franche-Comté.

"Cœur artificiel"

Elle souffrait d'insuffisance cardiaque sévère et ne pouvait pas attendre indéfiniment une greffe. Après avoir hésité pendant près d’un an, elle a finalement accepté l’implantation d’un "cœur artificiel" Heartmate 2. C’était en janvier 2013. L'intervention a eu leu un mois après, en février.

Ça a tout changé pour moi. Ça se dégradait vite. C'était la dernière chose à faire, car je ne pouvais pas être implantée. Mais c'est quand-même une sacrée opération

Evelyne Goyet, patiente sous assistance cardiaque.

"Dix ans de vie gagnés", se réjouissent les équipes de l'hôpital qui ont assuré sa prise en charge et son suivi depuis.

Comment ça marche ?

L’assistance circulatoire mécanique (ACM) est un dispositif intra- ou extracorporel qui peut suppléer totalement ou partiellement les fonctions circulatoires normalement exercées par le cœur. Concrètement, il s'agit de se substituer à la fonction pompe défaillante des ventricules gauche et/ou droit. 

Ce "cœur artificiel" est composé d’une pompe d'assistance mono ventriculaire gauche qui est placée à l'intérieur du corps. Elle est reliée par un câble abdominal à des batteries externes. Le système qui permet le retour à domicile des patients. Même s'il faut un peu de temps pour s'habituer à ce curieux appareillage, explique la vieille dame.

Au début, ça m'a travaillé quand même. Ça me faisait un drôle d'effet ce câble autour de moi. Et puis vous avez comme une bête là-dedans ! Le problème, ce sont les batteries, elles sont lourdes, je ne peux pas les refiler à quelqu'un !

Evelyne Goyet, patiente sous assistance cardiaque.

Une "bête" qui lui aura permis de voir naître deux petites filles et de s'occuper de ses trois petits enfants. "C'est une belle histoire, pourvu que ça dure", conclut Evelyne.