Coronavirus Covid-19 : des tests de dépistage en "drive" à Besançon

À Besançon, les laboratoires de Terre Rouge et des Hauts-du-Chazal ont mis en place, sur leur parking, des "drive" pour le dépistage du Covid-19. Explications.
Le prélèvement se fait directement par la vitre.
Le prélèvement se fait directement par la vitre. © Rémy Poirot - France Télévisions
Comme dans les fast-foods, pas besoin de descendre de sa voiture. À Besançon, sur le parking du laboratoire de Terre Rouge, les véhicules défilent depuis mercredi 25 mars. Un système de "drive" vient d'être installé pour faciliter les tests du Covid-19.

Comment ça marche ?

Sur rendez-vous uniquement, le patient, muni d'une ordonnance, se gare sous une tente militaire et baisse sa vitre. Un prélèvement dans la narine est effectué par une personne équipée tout en respectant les gestes barrières. L'opération ne dure que quelques secondes et le patient peut ensuite repartir. Les résultats sont connus sous 24 heures, consultables en ligne sur un serveur sécurisé.

La personne en charge du prélèvement veille à respecter les gestes barrières.
La personne en charge du prélèvement veille à respecter les gestes barrières. © Rémy Poirot - France Télévisions
Au laboratoire de Terre Rouge, à Besançon, entre 70 et 80 personnes sont testées tous les jours.
Au laboratoire de Terre Rouge, à Besançon, entre 70 et 80 personnes sont testées tous les jours. © Marie-Carole Paolini - DR
Les résultats du test sont connus sous 24 heures.
Les résultats du test sont connus sous 24 heures. © Laboratoire de Terre Rouge - DR

Quels sont les critères pour être dépisté ?

Pour pouvoir être dépisté au "drive", il faut, en premier lieu, présenter des symptômes du coronavirus (difficultés respiratoires, toux, fièvre, fatigue extrême...) et être en possession d'une prescription médicale. Ensuite, par ordre de priorité, sont testés les personnels de santé, les patients âgés de plus de 70 ans puis ceux présentant des facteurs de comorbidité.

"Éviter la contamination des personnes saines"

L'objectif de ce système est de limiter tout risque de contamination. Marie-Carole Paolini, médecin biologiste, s'est occupée de la mise en place de cette technique : "C'est très pratique car ça évite aux personnes potentiellement malades d’entrer dans le laboratoire et de contaminer des personnes saines. La salle d’attente n'est ainsi pas contaminée et l'activité courante peut perdurer. Autre avantage : ça va très vite."

Pas assez de tests pour généraliser le procédé

Le laboratoire LPA des Hauts-du-Chazal applique également ce dispositif. Ici aussi, le "drive" est principalement réservé au personnel soignant. Depuis la mise en place du système il y a trois jours, 50 patients ont été testés. Le laboratoire LPA des Hauts-du-Chazal, qui dispose de 12 sites en Bourgogne-Franche-Comté, est le seul du groupe à organiser des prélèvements avec un système de "drive". "Bien que nous ayons des demandes pour appliquer cette méthode ailleurs, c'est impossible. Nous sommes limités en équipements de protection individuelle et en tests", explique Mathilde Boussard, biologiste médicale. Du côté du laboratoire de Terre Rouge aussi, il est difficilement envisageable de développer le "drive" sur les autres sites : "Il n'y a pas de parking assez grand à proximité de tous nos laboratoires. Mais surtout, nous n'avons pas suffisamment de tests."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société transports économie