De Besançon à Auxerre ou Lyon : le théâtre descend dans les caves

Alors que certains y stockent leurs cartons, les artistes du Festival de Caves font de ce lieu un espace de représentation. A Besançon et dans d'autres villes de Bourgogne-Franche-Comté, dès le mercredi 11 mai, et jusqu’au 26 juin, ce festival pas comme les autres propose de vivre une expérience théâtrale avec des spectacles créés en cave, faits pour la cave et joués en cave. Tap, tap, tap. Le spectacle commence…

Un programme bien chargé

« Oublie-moi », « Die Welt ist schön », « L’abri », pour la seizième édition, le festival invite les spectateurs à venir découvrir une dizaine de pièces de théâtre dans les caves de particuliers. Seul en scène ou à plusieurs, la quinzaine d’artistes du collectif interpréteront plusieurs fois ces spectacles à Besançon, Saint-Vit, Fontain et de nombreuses autres villes de Bourgogne-Franche-Comté. Au-delà d’un simple spectacle, c’est une véritable expérience qui est proposée. Les lieux des représentations sont tenus secrets jusqu’au soir même, et le rendez-vous n’est pas donné directement dans la cave. « On donne d’abord rendez-vous aux spectateurs dans un endroit qui n’est pas la cave, puis ils descendent ensemble comme un seul corps. Ceci participe déjà à l’expérience de la cave » souligne Paul Benrahho, metteur en scène.

Le Festival de Caves, c’est aussi un lieu de « premières scènes ». Trois spectacles sont proposés par des anciens étudiants à qui le festival offre un tremplin pour se lancer.

Pour cette seizième édition, un vent de fraîcheur souffle sur le festival. Pour la première fois, le collectif ouvre les portes des caves et propose « Les Impromptus », trois moments, hors programmation, en dehors des caves. « Nous voulions évidemment garder l’identité forte des caves, mais aussi ouvrir vers l’extérieur. Les Impromptus sont trois hors-temps qui sont dans le négatif des caves, donc à l’extérieur, dans des lieux où l’on voit la lumière du jour et où il y a plus de liberté de circulation » explique Thomas Champeau, auteur et comédien. Moments artistiques, rencontres avec des artistes quelque part dans Besançon ou lecture théâtralisée d’un texte exclusif à la Citadelle, « les Impromptus sont plus souples et plus ancrés dans la vie sociale ». Et pour s’ouvrir un peu plus au monde, les Impromptus sont proposés gratuitement et sans réservation.

Pour choisir le spectacle qui vous ferra voyager dans les caves, rendez-vous sur le site web. 

Une cave ? Quelle idée…

L’idée de faire du théâtre sous terre germe en 2006, lorsqu’un collectif créé une pièce de théâtre sur le journal de Victor Klemper, linguiste juif, qui raconte sa vie pendant la guerre et comment il a échappé de peu à la déportation. La cave, ce lieu qui a si souvent recueilli des juifs pendant la guerre, apparaît alors comme le lieu parfait pour interpréter ce spectacle. L’idée fait son chemin, le public accroche et propose même de prêter sa cave ! Ça y est, le concept unique du Festival de Caves est lancé. Donner rendez-vous aux spectateurs et les emmener assister à une représentation dans un lieu dissimulé, voici ce que propose depuis 16 éditions ce festival pas comme les autres.

La cave, c’est d’abord un rapport de proximité avec le spectateur

Paul Benrahho, metteur en scène

Du théâtre dans une cave, c’est aussi une expérience particulière pour les artistes. « Nous ne sommes pas dans au théâtre avec la lumière qui nous éblouit et une espèce de masse indifférenciée de gens qui nous regarde. Là, on voit chaque spectateur donc il y a une forme de proximité, d’exclusivité avec chaque spectateur ». Une proximité, en partie imposée par la réglementation qui limite le nombre de spectateurs à 19 s’il y a une sortie de secours et à 49 s’il y en a deux. D’autres contraintes s’ajoutent, comme celle de l’espace qui ne permet pas d’installer beaucoup de décors. La densité et l’humidité peuvent également produire une forme d’inconfort, raison pour laquelle les représentations durent maximum une heure. Cet endroit si particulier qu’est la cave peut également offrir la sensation d’un cocon artistique.

En terme de contenu, tout est possible

Thomas Champeau, auteur et comédien

Le festival de Caves, c’est avant tout une histoire de création. La cave ne constitue pas forcément un obstacle pour les artistes qui ont carte blanche pour leurs spectacles. Par exemple, une pièce sans texte a déjà été proposée. La liberté de ton est de mise et aucun thème général n’est imposé. Dans ce festival, la cave devient donc le lieu des possibles malgré ses contraintes qui en font aussi son charme finalement…

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité