• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Gilet jaune matraqué à la tête à Besançon : “Il n'y a pas d'images de violence policière” dit Christophe Castaner

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur. / © DUCLET Stéphane/MaxPPP
Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur. / © DUCLET Stéphane/MaxPPP

En déplacement dans les Hautes-Alpes mardi 2 avril, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a répondu à une question d'une journaliste de France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur au sujet de la vidéo d'un manifestant gilet jaune bisontin frappé à la tête par un policier. 

Par Sarah Rebouh

"Il n'y a pas d'images de violence policière. Il y a une scène ou un policier, dans l'action, à un moment d'une charge, a effectivement poussé quelqu'un. Quand les policiers sont chargés de dégager une manifestation, effectivement il y a des gestes qui peuvent se produire. Mais pour lever le doute, y compris parce que ce qui nous est rapporté, c'est que l'individu en question voulait se saisir d'une grenade à renvoyer sur les forces de l'ordre, j'ai demandé au préfet que l'IGPN soit saisie" a déclaré Christophe Castaner mardi 2 avril après avoir été interrogé par une journaliste de France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, au sujet de la vidéo d'un policier matraquant un gilet jaune à Besançon, samedi 30 avril. 

Écoutez le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, au micro de France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur :
Besançon : "Il n'y a pas d'images de violence policière" dit Christophe Castaner
Interview : Lucie Robert et Fabien Madigou

Le jeune homme frappé et blessé au visage samedi à Besançon par un policier, à l'aide d'une matraque, a porté plainte en gendarmerie mardi 2 avril. Après sa visite chez le médecin, une ITT de 5 jours lui a été prescrite. Une enquête administrative et judiciaire est en cours. 

Les propos de Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur, suscitent de vives réactions chez certains internautes y compris chez la journaliste indépendante qui a filmé la scène en fin de manifestation. Cette dernière rappelle qu'en aucun cas l'individu frappé avec la matraque n'a été poussé par le policier, comme le montre sa vidéo.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Sur Ma Route : Visite de la Champignonnière de Dijon

Les + Lus