Grève nationale des infirmiers-anesthésistes

Le mouvement est national et il est relayé en région. La profession réclame une réelle reconnaissance et une rémunération à la hauteur des compétences et des responsabilités qui sont les siennes.

© Hugo Puffeney
Le projet de « réorganisation des 35 heures » dans les hôpitaux passe mal. C'est le premier conflit social d’envergure que doit affronter le directeur général de AP-HP (Assistance Publique – Hôpitaux de Paris) Martin Hirsch.

Martin Hirsch souhaite en effet assouplir les trente-cinq heures à l'AP-HP : il veut ouvrir des discussions sur les trente-cinq heures.
Cette réflexion, dont l'ambition est de mieux adapter l'organisation du temps de travail, permettrait selon lui de réaliser au moins 20 millions d'euros d'économies par an, sans diminution de la masse salariale. Celle-ci représente 60 % du budget.

La majorité des personnels travaille aujourd'hui sept heures trente-six minutes ou sept heures cinquante par jour, dépassant trente-cinq heures hebdomadaires. Les minutes accumulées font des milliers de jours à rattraper, en récupérations, en RTT. argue Martin Hirsch.

Écoutez Stéphanie Moreau au micro de Raphaëlle Daloz et Hugo Puffeney
durée de la vidéo: 00 min 33
ITW de Stépahnie Moreau
durée de la vidéo: 00 min 18
Les infirmiers-anesthésistes en grève







Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie