"Il faut continuer, il faut que ça joue !" : le guitariste Artemus PhilemOne remonte sur scène ce dimanche

Son premier concert devant de "vrais" gens depuis trois mois. Seul, avec sa guitare, mais pas devant son smartphone pour une fois. Le rockeur de Besançon (Doubs) va inaugurer les concerts de l'été d'un bar de Vernois-sur-Mance en Haute-Saône, dimanche-soir. Un retour à la scène, plus comme avant.

Un premier concert ce dimanche en salle après près de trois mois confinés. Le chanteur Artemus PhilemOne sait qu'il va falloir s'adapter.
Un premier concert ce dimanche en salle après près de trois mois confinés. Le chanteur Artemus PhilemOne sait qu'il va falloir s'adapter. © Michèle Z

"Rock is not dead". Le célèbre dicton musical est tout à fait de circonstance dans cette période post-confinement où tout le monde essaie de reprendre sa vie d'avant. Sauf qu'il y aura un autre dicton, (légèrement) modifié : "Gel, Masque & Rock n' Roll!"

"Moi, je serai seul sur scène. Dans la salle, uniquement des tables avec un maximum de dix personnes autour et toutes les tables seront espacées d'un mètre. Ceux qui voudront se lever pour aller fumer une cigarette dehors ou se rendre aux toilettes devront porter leur masque. Et bien entendu, des gels hydroalcooliques et des lingettes seront placés dans toutes les pièces !"

Pour Artemus Philemone, ce concert à l'Escabar de Vernois-sur-Mance est la sortie d'un long tunnel. Artemus a fait partie de ces artistes, célèbres ou non, qui auront "ambiancé" le confinement, par la réalisation de lives sur Facebook.

 

 

30 concerts diffusés tous les mercredis et samedis soirs, avec entre 1500 et 2500 vues. Et, surtout, un noyau dur de 200 personnes, fidèle aux rendez-vous, certains organisant même un barbecue avec retransmission du concert du bisontin dans le jardin !

 

Soirée barbecue et musique pendant le confinement dans ce jardin.
Soirée barbecue et musique pendant le confinement dans ce jardin. © DR

Mais ça, c'est donc fini. Et heureusement ! Car si le musicien avait trouvé un dispositif efficace pour proposer une captation sonore en stéréo et dynamique, les rockeurs ne sont pas faits pour rester seuls, confinés dans leur studio, pour se produire en concert.

"T'as pas idée comme j'ai hâte de jouer devant un public ! Les lives Facebook, c'était sympa pour discuter en simultané avec les gens entre les morceaux. C'était marrant de voir des Bordelais, des Lyonnais et même des Canadiens être ensemble chez eux à m'écouter mais..à la fin de chaque morceau..quelle sensation affreuse de terminer la chanson, sans entendre le moindre son d'applaudissement, sans la moindre réaction ! Cela ne pouvait plus durer !"

Les artistes et les cafés concerts s'organisent donc, pour remonter la pente, ensemble. Ce bar à tapas haut-saônois va ainsi maintenir tout l'été les artistes calés depuis longtemps, dont Artemus Philemone qui ouvrira la saison ce dimanche. 

La problématique, pour chaque établissement, sera de trouver la bonne formule pour éponger plus de deux mois de perte de chiffre d'affaires. Si ce bar à tapas est apte à organiser des concerts, en extérieur sur la terrasse ou en salle, ce ne sera pas le cas de tous les établissements. Artemus et les gérants ont coupé la poire en deux en ce qui concerne le cachet. L'artiste a conscience que la situation est compliquée pour tout le monde.

"J'avais calé 46 concerts dans le sud de la France pour tout l'été -explique Artemus- allant du 15 juin au 1er novembre. Tout cela est pour l'instant annulé. Alors, dans les semaines qui viennent, on va s'adapter. Il faut continuer, il faut que ça joue!"

 

Le confinement a eu, en tout cas, du bon dans cette histoire. Hormis l'enregistrement de nouveaux titres, le guitariste comtois est désormais équipé pour réaliser des lives Facebook de qualité, qu'il pourra proposer aux salles qui l'accueilleront.

S'adapter, proposer..pour avancer. Premier live de la vie d'après, ce dimanche 7 juin. Rock is not dead.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture déconfinement société