Des parents d'élèves se mobilisent contre les groupes de niveaux : opération "collège mort" dans le Doubs

Les parents d'élèves et les enseignants du collège Henri Fertet à Sancey (Doubs) se mobilisent ce mercredi 29 mai pour une opération "collège mort". Ils dénoncent la réforme du "choc des savoirs" appliquée dès la rentrée prochaine.

Les professeurs font entendre leur voix depuis plusieurs mois en se mobilisant contre la réforme engagée par le gouvernement. Elle contient notamment la création de groupes de niveau en mathématiques et en français pour les élèves de 6ᵉ et 5ᵉ. Des décisions qui ne semblent pas satisfaire les enseignants. Du côté des élèves et des parents d'élèves, aucune information institutionnelle ne leur a été transmis sur ces changements. "Lorsqu'on les a avertis, ils ont été choqués, c'est pourquoi ils souhaitent se mobiliser et nous, nous sommes là en soutien", explique Eric Boisson, professeur de mathématiques au collège Henri Fertet.

"L'opération va être très suivie"

Ce mercredi 29 mai, ils organisent donc une opération "collège mort" et invitent les parents à ne pas envoyer leurs enfants en cours pour protester et montrer leur mécontentement en vue de la rentrée prochaine et de l'application de cette nouvelle réforme. "On a distribué un tract mercredi dernier à tous les enfants pour qu'ils puissent en parler avec leurs parents", confie Lionel Renoult, parent d'élève.

Dès 8h30, des banderoles seront installées, puis à 10h, un rassemblement est organisé devant l'établissement, avec des enseignants, des parents d'élèves et des élèves.

Sur 200 élèves, je pense qu'une dizaine viendra au collège, l'opération va être très suivie, mais on sera là pour les accueillir évidemment, on ne veut pas les pénaliser.

Eric Boisson

Professeur de mathémathiques au collège Henri Fertey à Sancey (25)

"Les groupes hétérogènes, c'est ce qui marche le mieux"

Pour Eric Boisson, cette réforme est une erreur et l'empêchera de faire son travail correctement. "Ils pensent que regrouper les moins bons avec les moins bons et les meilleurs avec les meilleurs, ça aidera les élèves, mais non ça ne fonctionne pas, ça creuse les inégalités et ça les démotive", raconte-t-il.

Cette méthode n'est pas bonne pour la dynamique de groupe, sans parler de l'esprit de compétition... À chaque trimestre, ça va être réévalué apparemment, d'après les pistes qu'on a. On se croirait à la télévision, tu poursuis l'aventure ou tu ne la poursuis pas.

Lionel Renoult

Parent d'élève

"Les groupes hétérogènes, c'est ce qui marche le mieux, ils construisent leur savoir ensemble, les plus doués peuvent aider ceux qui ont plus de mal, tout en affinant leurs compétences et développant leur communication" affirme Eric Boisson. Ce qu'il souhaite, c'est que le gouvernement "donne plus de moyens pour préserver une certaine qualité d'enseignement et qu'il fasse confiance aux méthodes pédagogiques des professeurs"Le collège Edgar-Faure de Valdahon sera, lui aussi, mobilisé, ce mercredi 29 mai.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité