• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Musée des Beaux arts et d'Archéologie de Besançon : Histoire d’une métamorphose

F. Le Moing
F. Le Moing

Après quatre et demi de fermeture pour rénovation, le Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon rouvre ses portes le 16 novembre 2018. Le chantier était d’envergure, complexe et ambitieux. Retour sur une grande aventure architecturale et artistique. 

Par Aline Bilinski

Episode 1 : Trois architectes pour un musée

Le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie fut d’abord une halle aux grains, livrée par l’architecte Pierre Marnotte en 1843. De tous temps, des collectionneurs ont fait don de leurs œuvres à l’établissement. Aussi, en 1963, quand la donation Besson rejoint les fonds bisontins, il devient une évidence qu’il faut pousser les murs, réaménager les lieux pour exposer plus. La tâche est confiée à Louis Miquel qui dresse, à l’intérieur du musée, une structure intérieure en béton brut. On est en 1970 et ce béton, très décrié bien que proposant une déambulation verticale, assombrit les lieux. Depuis, plus rien, si ce n’est la pose de cloisons un peu partout pour répondre aux besoins d’expositions temporaires.
La mission d’Adelfo Scaranello, dont le projet de rénovation a été choisi par la ville n’était donc pas simple.
 
MBAA : histoire d'une métamorphose épisode 1
Après 4 ans et demi de fermeture pour rénovation, le Musée des Beaux Arts et d'Archéologie. rouvre ses portes ...un musée entièrement repensé, un long chantier. ITW Adelfo Scaranello, Architecte - Maître-d'oeuvre de la rénovation, Nicolas Surlapierre Conservateur en chef des Musées de Besançon. Reportage A. Bilinski, S. Poirier, L. Brocard, E. Laperdrix et P. Arbez. Montage M. Blanc.

 

Episode 2 : Retour des trésors

Si le lieu n’était plus conforme aux attentes, les collections elles, sont riches et nécessitent d’être mieux mises en valeur. Besançon détient des trésors qui peuvent à eux seuls, faire venir les visiteurs. Ce sont eux qui sont arrivés en premier dans le nouveau musée, une fois les travaux terminés. Le sarcophage de Virginia, en pierre calcaire d’un seul bloc de 2.5 tonnes datant du IIIè siècle et entièrement restauré,  est la pépite de la salle gallo-romaine. L’Hallali du cerf, de Gustave Courbet a quitté le musée d’Orsay, où il est resté 7 ans. Le grand format, peint en 1967 et donner à Besançon par Juliette sœur de l’artiste, en 1882, a fait son retour dans sa maison mère mais le retour d’une telle oeuvre ne fut pas simple. Quant à « la déploration du Christ mort » de Bronzino, datant du 16ème siècle, il est bien revenu de Florence, son accrochage fut délicat lui aussi. C’est avec cette oeuvre que le visiteur terminera son parcours au sein du nouveau musée.   
 
MBAA : histoire d'une métamorphose épisode 2
La rénovation du Musée des Beaux Arts et d'Archéologie de Besançon suit son cours. Retour des premières ouevres, les pépites des collections. ITW Julien Cosnuau Responsable des collections archéologiques, Odile Michel Responsable de la régie des oeuvres - Musée d'Orsay, Abdel Lazouri, Chef d'équipe LP Art, Yohan Rimaud, Conservateur des collections Beaux Arts, Dominique Giampiccolo, Chef de l'équipe technique. Reporatge A. Bilinski, F. Le Moing, JL Saintain, D. Martin, L. Brocard et R. Bolard. Montage Manu Blanc.

 

Episode 3 : L’installation des collections

S’il y a les trésors, il y a aussi toutes les autres œuvres et dans la nouvelle configuration des lieux, elles seront plus nombreuses à être exposées. Petit à petit, peintures et lapidaires sont sortis des réserves. Chacune est minutieusement inspectée, manipulée avec le plus grand soin et installée. Elles sont aussi photographiées. Beaucoup ont en effet été restaurées à l’occasion de cette fermeture totale du musée. Du coup, il est primordial de refaire le guide des collections. Un travail pointu nécessitant la venue à Besançon, de spécialistes. 1200 pièces font progressivement leur retour dans le musée et, dans ces espaces plus ouverts, plus lumineux, elles peuvent désormais dialoguer entre elles.
 
MBAA : histoire d'une métamorphose épisode 3
Les travaux sont terminés, les trésors des collections installés mais il faut encore exposer toutes les autres pièces qui seront données à voir aux visiteurs. Des pièces sorties une à une des réserves et qui font l'objet de la plus grande attention. ITW Lisa Diop , Régisseuse du Musée, Marielle Doyon Crimail et Laurence Fragne, Restauratrices peinture, Benjamin Soligny Photographe, Julien Cosnuau Responsable des collections archéologiques et Yves Morel Socleur d'art. Reportage A. Bilinski, D. Colle, C. Jeannin, JS Maurice et R. Bolard. Montage Manu Blanc


Episode 4 : En attendant le public

A un mois de la réouverture du musée, on procède aux dernières installations, et le personnel prend possession des lieux. Plus de lumière, plus d’espaces d’exposition donc plus d’œuvres à découvrir, la métamorphose a bien eu lieu. L’atelier pédagogique, dans un espace lui aussi repensé, a déjà son programme : il va accueillir les familles et les touts petits car il n’y a pas d’âge pour découvrir l’art et les émotions qu’il suscite.
Désormais, trois architectures dialoguent entre elles : celle de Marnotte, celle de Miquel et celle d’Adelfo Scaranello. Ce dernier a ramené la lumière en ces lieux, la transparence aussi. Dedans, on voit ce qu’il se passe dehors, et dehors, on aperçoit les collections qui sont dedans. De quoi inviter les visiteurs à pousser la porte de musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Besançon et convaincre les plus timides…l’art n’est pas réservé à une élite et fait du bien à tous.

 
MBAA : histoire d'une métamorphose épisode 4
A un mois de la réouverture, le personnel du musée prend possession des lieux. L'aventure se termine. ITW Adelfo Scarranello Architecte - Maître-d'oeuvre de la rénovation, Nicolas Surlapierre Conservateur en chef des musées de Besançon, Marielle Ponchon Chargée de médiation culturelle jeune public et scolaires et Dominique Giampiccolo Chef de l'équipe technique du Musée. Reportage A. Bilinski, L. Brocard, D. Martin, F. Le Moing, R. Bolard et A. Bergey. Montage Manu Blanc



 

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus