Paris 2024. “Porter la flamme olympique, c'est plein d’émotion", le Français Eric Monnin foule les rues de Nauplie en Grèce

Plus sur le thème :

Porter la flamme. L’historien des Jeux Olympiques en rêvait. Un rêve accompli ce mercredi 17 avril 2024 à 16h23 précise pour ce Franc-Comtois ! Il raconte.

100 jours avant le JO de Paris. Tout pile. Habillé de la tenue officielle Paris 2024, le Bisontin savoure le moment. Nous l’appelons au téléphone. Quelques minutes plus tôt, la flamme était entre ses mains. “Je vis un truc de fou. La place de Nauplie était vide, on attendait la flamme et puis tout d’un coup, une énorme masse est arrivée, la flamme et des journalistes, et tout d’un coup l’émotion est totale”. Le moment a été immortalisé par sa famille présente en Grèce.

durée de la vidéo : 00h00mn24s
L’historien des Jeux Olympiques Eric Monnin dans les rues de Nauplie en Grèce. ©Famille Monnin

Le Franc-Comtois Eric Monnin, spécialiste de l'histoire de l'olympisme en a pourtant déjà connu des moments olympiques. Il a vu les jeux de Tokyo, Pekin, Athènes. “Depuis 40 ans que je travaille sur l’olympisme, c’est la première fois que l’émotion est telle” dit-il. 

J'ai peut-être fait 300 -400 mètres avec la flamme en main. On m’a dit de ne pas trop courir, mais de marcher. Il y avait une ruée de journalistes le long du parcours, des enfants, et pas mal de Français.

Eric Monnin, porteur de la flamme olympique

Au nom de l’amitié entre la France et la Grèce

Pour ces jeux de Paris 2024, les organisateurs souhaitaient mettre l’accent sur l’amitié entre la France et la Grèce.  D’où la présence du Français Eric Monnin ce 17 avril le long du parcours.


Eric Monnin préside le CÉROU Centre d’études et de recherches olympiques universitaires (CEROU) créé en décembre 2019 à l’université de Franche-Comté. Sollicité par les organisateurs des JO de Paris 2024 et le comité olympique hellénique, il a rédigé un rapport avec Georges Tirologos, historien pour lister 32 sites emblématiques de cette amitié franco-grecque. 14 ont été retenus, dont la ville de Nauplie. 

Nauplie c’est la capitale la Grèce indépendante en 1821. Dans le centre-ville, on trouve une stèle qui rend hommage au soutien de la France quand la Grèce est devenue indépendante. Porter la flamme ici, c’est un voeu exhaussé.

Eric Monnin, porteur de la flamme olympique

 Et l’aboutissement de 10 ans de travail depuis la candidature de la France à ces JO d’été en 2014. 

Eric Monnin avait déjà assisté à l’allumage de la flamme quelques heures plus tôt dans le site antique d’Olympie en présence de Laure Manadou et Tony Estanguet, patron de Paris 2024.

Le relais de la flamme olympique a débuté mardi 16 avril après son allumage à Olympie devant les ruines vieilles de 2.600 ans du temple d'Héra.  “Être ici, c’était impressionnant” confie Eric Monnin. “C’est une parenthèse dans la vie. On est dans ce stade qui a connu les premiers jeux en -776 avant Jésus-Christ” s’étonne le Bisontin qui vient d’écrire à son tour un fragment de page de l’histoire olympique.

La flamme, il la reverra bientôt chez lui en Franche-Comté. Elle fera étape à Besançon le 25 juin dans le Doubs. Avant les JO de Paris 2024 qui auront lieu du 26 juillet au 11 août.