• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

La pollution de l'air pourrait contribuer au développement de l'asthme, selon une étude de l'hôpital de Besançon

Plus de trois millions de personnes souffrent de l'asthme aujourd'hui en France / © DIDIER PALLAGES / AFP
Plus de trois millions de personnes souffrent de l'asthme aujourd'hui en France / © DIDIER PALLAGES / AFP

Depuis 2011, les chercheurs traquent dans des chambres d'enfant les facteurs liés au développement de la maladie. Les résultats pourraient améliorer le traitement des asthmatiques.

Par Adrien Gavazzi

Champignons, bactéries, moisissures : on en trouve partout, même dans les maisons les mieux tenues, et c'est justement ce qui pourrait contribuer au développement de l'asthme chez l'enfant ! 

Chapeautés par le CHRU de Besançon, des chercheurs étudient depuis 2011 la qualité de l'air dans plus de 3 000 chambres d'enfants, grâce à des capteurs installés dès la naissance des nouveaux-nés. Un premier prélèvement est effectué quand l'enfant atteint ses cinq ans, l'âge où l'asthme est censé se déclarer. 

A terme, le but est de définir quels sont les facteurs aggravants de la maladie, afin de mieux l'appréhender. 

On estime qu'un enfant sur dix est asthmatique aujourd'hui en France. 
 

Sur le même sujet

Semur-en-Auxois : les guitares en aluminium de Bertrand Dufour s'exportent à l'international

Les + Lus