Cour d'assises de Besançon : 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'une prostituée

Mihaela Miloiu avait 18 ans. Un de ses clients, un homme de 33 ans du Haut-Doubs, a été condamné vendredi 11 décembre  à  20 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises du Doubs, à Besançon.

© Denis Colle - France Télévisions

A Besançon, la cour d'assises du Doubs a condamné à 20 ans de réclusion criminelle l'homme reconnu coupable du meurtre d'une prostituée roumaine.

L'avocat général avait requis 30 ans de réclusion criminelle à l'encontre d'Alexandre Verdure.  L'homme, un père de famille qui habitait Mouthe dans le Haut-Doubs était accusé d'avoir mortellement roué de coups et poignardé une jeune prostituée roumaine en 2016 en Suisse. Le corps nu et défiguré de cette dernière avait été retrouvé dissimulé sous des branchages dans un secteur forestier du Frasnois dans le Jura.

L'homme nie être l'auteur et invoque la présence de deux autres hommes

Lors de cette dernière journée d'audience, Etienne Manteaux a demandé aux jurés de prendre en compte "la sauvagerie" avec laquelle la jeune femme a été "mise à mort", ainsi que "la personnalité inquiétante" de l'accusé qui présente selon lui un "risque de récidive".
Alexandre Verdure, ancien agent de sécurité en Suisse a toujours contesté avoir tué cette Roumaine de 18 ans, dans la nuit du 29 au 30 novembre 2016 à Sullens (Suisse). Selon lui, il venait d'avoir un rapport sexuel tarifé avec elle lorsque deux hommes ont surgi et l'ont tuée, avant de lui ordonner de "faire le nécessaire" pour se débarrasser du corps. Il a ensuite transporté et abandonné le cadavre défiguré par les coups dans la forêt communale du Frasnois (Jura), en France.

 

Mihala Miloiu était une prostituée roumaine en Suisse, son corps défiguré a été retrouvé dans le Jura français.
Mihala Miloiu était une prostituée roumaine en Suisse, son corps défiguré a été retrouvé dans le Jura français. © DR



Une violence inouïe

Dans son réquisitoire, le ministère public s'est attaché à tailler en pièces la thèse, défendue par l'accusé, d'une implication des proxénètes dans le meurtre. Leurs portables ne "bornaient" pas au même endroit que celui de la victime, Mihaela Miloiu, a relevé le magistrat. Et, selon les écoutes téléphoniques, les membres du réseau, constatant que "la fille est partie", se sont lancés à sa recherche. Mais surtout, "il y a eu 15 coups pour lui fracasser la tête, 26 coups de couteau et pourtant seul l'ADN d'Alexandre Verdure a été retrouvé sur Mihaela Miloiu", a souligné l'avocat général. "Le rapport sexuel s'est peut-être mal passé, on sait qu'il a des difficultés avec le préservatif. Est-ce qu'il a été humilié ?", s'est-il interrogé, convaincu que "c'est dans ce contexte en tout cas qu'il lui a donné la mort".
  

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société