Tout mignon, ce bébé propithèque couronné est né à Besançon, un espoir pour cette espèce de lémuriens en danger

Publié le Mis à jour le

Le Jardin zoologique du Muséum de Besançon dans le Doubs officialise une nouvelle naissance. Un mâle propithèque couronné est né le 3 décembre 2021. C’est la troisième naissance dans l’enceinte de la Citadelle de Vauban et une bonne nouvelle pour cette espèce en danger sur l’île de Madagascar.

Son prénom n’est pas encore dévoilé. Mais il se porte bien. Ce bébé est né après 5 mois et demi de gestation surveillés de près par les équipes du Muséum. Il pesait une centaine de grammes et n'a pas eu besoin d'être placé en couveuse, précise Margaux Pizzo, responsable du parc zoologique de Besançon. 

Après Soa fin 2018, et Tahiry en 2019, cette nouvelle naissance est porteuse d’espoir pour cette espèce de lémuriens endémique de Madagascar, particulièrement menacée. La famille vient de s’agrandir. Elle se compose d’Eridan, le mâle âgé de 25 ans ; Raozy, la femelle âgée de 8 ans ; la petite Tahiry âgée de 2 ans et le dernier jeune, un mâle, âgé de 2 mois.

Une espèce en danger, quelques milliers d'individus dans la nature

Le Propithèque couronné (Propithecus coronatus) est une espèce classée « en danger » sur la Liste Rouge de l’UICN (Union Internationale pour la conservation de la Nature). Actuellement, la population dans la nature est estimée à seulement quelques milliers d’individus. Seuls 7 parcs zoologiques au monde (6 européens et 1 malgache) accueillent cette espèce, on y trouvait fin 2021 une population de 16 individus 6 femelles et 10 mâles.

Le parc zoologique de Mulhouse et le Muséum de la Citadelle de Besançon accueillent les deux seuls couples reproducteurs en Europe.

La Citadelle soutient financièrement depuis l’association malgache « Sifaka conservation » qui oeuvre à la préservation du Propithèque couronné. Cette espèce a souffert à Madagascar de multiples facteurs. Comme l’exploitation, la fragmentation des forêts, le braconnage, la pollution ou la culture sur brûlis. “On avance en parallèle avec cette association. Les forêts de Madagascar sont encore fragmentées, mais la population de propithèque couronné est menacée mais elle reste viable, la réintroduction des animaux nés en parc zoologique n’est pas pour l’instant pertinente” ajoute Margaux Pizzo. 

Découvrez cette espèce de plus près, fascinante avec sa petite tête ronde.

Une gestation surveillée de très près

De jour comme de nuit, des visionnages ont été réalisés à distance en prévision de la mise-bas. Une fois le jeune né, une observation en continu s’est poursuivie pendant plusieurs jours afin de s’assurer de la bonne santé du jeune et des bons soins prodigués par la mère.

Les équipes ont entraîné les animaux à recevoir de manière volontaire les soins vétérinaires, dans une totale coopération et sans stress. Cela permet ainsi de réaliser des échographies et d’observer de plus près les individus sans les manipuler.

Ce jeune nouveau bébé reste très fragile, il va être surveillé de près. Il sera visible en extérieur lorsque les conditions météorologiques le permettront. Pour l'instant, le bébé reste au chaud. 

D’autres espèces de primates menacées à découvrir à Besançon

Le Muséum de Besançon s’est engagé depuis de nombreuses années dans la conservation ex-situ  hors de la nature ») des lémuriens. On y trouve quatre espèces de ces primates endémiques de Madagascar, toutes menacées d’extinction : le Propithèque couronné, le Grand hapalémur, le Vari à ceinture blanche et le Lémur couronné.