"A Bras Cadabra", les bébés prématurés ou nés sous X habillés par de bonnes fées du tricot et de la couture

Dans le Doubs, les bénévoles de l’association A Bras Cadabra 25 tricotent des layettes et cousent des couvertures pour les petits prématurés de Franche-Comté. Un travail de bonne fée, pour apporter un peu de douceur à ses enfants arrivés tôt, et à leurs parents.

Dans les petits paquets d'A Bra Cadabra : des couvertures, des bavoirs, des layettes pour les petits prématurés
Dans les petits paquets d'A Bra Cadabra : des couvertures, des bavoirs, des layettes pour les petits prématurés © Céline Jacoulot
Une layette, un bonnet et des chaussons si petits qu’on pourrait croire qu’ils ont été confectionnés pour une poupée. Mais non. Une couverture, un bavoir et des langes : les petits paquets que Céline Jacoulot prépare sont bien destinés à des jeunes parents, dont les bébés sont venus au monde un plus tôt que prévu. La Haut-Doubiste a rejoint et pris la tête de l’antenne locale d’A Bras Cadabra, une association nationale, qui confectionne des vêtements et des affaires pour les prématurés, leur famille et les services hospitaliers qui les prennent en charge.
 
"On fait des choses pour les services : principalement des gigoteuses, des cache-couveuses et des bavoirs" détaille Céline Jacoulot "et pour les familles, notre petit kit". Du matériel fait-maison et confectionné sur-mesure. "Les gigoteuses sont plus ou moins grandes selon les tailles, et elles sont ouvertes sur le côté, avec des boutons pressions, pour les fils" explique-t-elle. Car pour ces enfants nés avant le terme, le matériel disponible dans les commerces est souvent bien limité. Un casse-tête, d’autant plus compliqué que les parents de ces enfants ont souvent d’autres préoccupations que d’aller courir les boutiques. "On commence à trouver des articles en toute petite taille, mais c’est compliqué" confirme Céline Jacoulot. D’ailleurs, les ensembles que préparent les bénévoles de l’association ne se taillent pas en mois, mais en semaines de grossesse. Le plus gros de leur production se fait en 34 à 38 semaines. "Et puis l’avantage de l’ensemble tricoté" ajoute-t-elle "c’est que ça tient chaud, et ça ils en ont vraiment besoin".

Un travail très apprécié dans les services de néonatologie approvisionnés par les petites mains de l’association, au Centre hospitalier de Pontarlier et à l’Hôpital Nord Franche-Comté à Trévenans. "Elles font un travail extraordinaire" confie Flore Wurtz, cadre du service neonatologie de Trévenans. "C’est très beau, ça met beaucoup de couleurs dans notre établissement". Des petites attentions qui apportent un peu de chaleur, dans des services où la joie d’être parents doit côtoyer l’angoisse des complications, des examens et des opérations. "C’est très précieux, ça fait des petits souvenirs" confirme Flore Wurtz ,"c’est fait par des dames, ça n’a rien à voir avec un achat du commerce".
 

En plus de ces affaires destinées aux prématurés, l’association prépare aussi des vêtements pour les enfants nés dans le secret, "sous X" comme on dit. "Ce sont des bébés qui n’ont rien" explique, modeste, Céline Jacoulot "donc là, ça leur fait une première tenue". Les bénévoles tricotent aussi des "angelines", des petits nids d’ange pour envelopper les "bébés anges", ces enfants qui n’auront pas la chance de grandir. "C’est un enfant à part entière" ajoute la couturière, "c’est important de pouvoir faire quelque chose pour eux, de laisser une image aux parents".
 

Appel aux bonnes volontés 


Pour l’instant, une douzaine de petites mains tricotent et cousent activement les douceurs d’A Bras Cadabra 25. Mais l’ambassadrice franc-comtoise aurait bien besoin d’autres volontaires, en particulier pour tricoter. "Ce qui freine" analyse Céline Jacoulot, "c’est qu’on ne peut pas faire les modèles dont on a envie". En effet, en plus des matières "oeko-tex à utiliser, les modèles doivent rester simples, et adaptés à l’hospitalisation. Mais l’association fournit les modèles, "vraiment simples", et un groupe d’échange sur internet peut apporter des conseils aux débutantes qui seraient tentées. Pour rejoindre les rangs de d’A Bras Cadabra, il suffit de contacter l’équipe sur sa page facebook.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
famille société santé