Connaissez-vous la guêpe germanique dont les nids peuvent être impressionnants ?

La guêpe germanique est présente partout en France depuis des années. Avec la guêpe commune, la guêpe germanique est la plus courante des guêpes que l’on rencontre. Sa piqure n’est pas plus dangereuse que la piqure des autres guêpes, mais son nid peut être très grand et le nombre d’individus important.

Johan Sauer est technicien chez Guêpes-apens 25 depuis 2017. Cette entreprise du Doubs est spécialisée dans la destruction de nid de guêpes et de frelons. Ancien sapeur-pompier, il détruit des nids depuis 20 ans. Il nous confirme que les guêpes germaniques (Vespula germanica) sont présentes depuis toujours et dans toutes les régions en France. C'est une espèce donc ubiquiste. Mais, en cette période de fin d’été, les nids de guêpes germaniques occupent les 2/3 de son temps. Ce jeudi 14 septembre, sur les 15 interventions à réaliser, 10 correspondront à la destruction de nids de guêpes germaniques. "C'est une guêpe qui a des capacités d'installation facilitée" précise Frédéric Mora, directeur scientifique du Conservatoire Botanique national de Franche-Comté. Elle n'est pas exigeante et se développe facilement. En fin d'été, les colonies sont à leur maximum.

Quelle différence entre la guêpe germanique et le poliste ?

Ce sont toutes deux des guêpes de taille modeste.

La guêpe germanique :

  • a un abdomen brusquement rétréci entre la tête et le reste du corps
  • a des antennes noires
  • a le front jaune taché de noir
  • elle construit un grand nid recouvert d'une enveloppe
  • la reine mesure entre 17 et 20 mm, les ouvrières mesurent entre 12 et 16 mm, les mâles entre 13 et 17 mm 

Le poliste gaulois :

  • a un abdomen fuselé
  • a des antennes jaunes
  • a le front jaune
  • il construit un petit nid pédonculé et non recouvert
  • la reine mesure entre 13 et 18 mm, les mâles et les ouvrières entre 12 et 15 mm.

La guêpe germanique, un nid impressionnant

Son nid est en carton, il est créé à partir d'une pâte de bois et de salive. Il est constitué de 7 à 8 rayons de 20 centimètres de diamètre, il comporte en moyenne 7.500 cellules, parfois davantage. Il ressemble à un ballon de basket. Le nid de la guêpe germanique peut contenir de 400 à 600 individus. On le retrouve dans les combles, les abris de jardin, derrière un volet… Toujours à l’abri de la lumière. Si le nid est bien isolé, et qu’il ne fait ni trop chaud, ni trop froid, la Reine peut y rester tout l’hiver. Le nid sera alors agrandi au printemps suivant. C’est ainsi que l’on retrouve des nids énormes.

Le plus gros nid que j’ai détruit faisait deux mètres de haut sur un mètre cinquante de diamètre. Il était dans des combles. Il pouvait y avoir 2 000 individus à l’intérieur. 

Johan Sauer, technicien de destruction de nid

Le nid de sa cousine, la guêpe poliste, est toujours aérien et ne dépasse pas la taille d’une main. Il contient de 15 à 200 individus.

Pourquoi la guêpe germanique est-elle crainte ?

La présence de ces guêpes est agaçante autour de la table d'été, mais la guêpe germanique n'est pas spécialement agressive, sauf à proximité immédiate du nid. Si elle se sent attaquée, la guêpe donne l'alerte. Elle émet des phéromones pour appeler ses congénères. Et dans ce cas, il vaut mieux ne pas être allergique, car 50 guêpes germaniques peuvent attaquer en même temps. Si la colonie est importante, les piqures seront nombreuses.

Parfois le nombre fait la force et dans son cas c'est le cas.

Frédéric Mora, directeur scientifique au Conservatoire Botanique

Un rôle écologique cependant

Johan Sauer se déplace parfois pour rien. Pour lui, il n'est pas question de toucher aux nids dans les forêts et tant qu'ils sont éloignés des habitations. Parfois, il doit surtout rassurer les personnes qui demandent une intervention. Avec un peu d'explications, certains nids ne sont pas touchés.

C'est contre-productif de les tuer hors des habitations. Elles interviennent en tant que régulateur en milieu naturel. Elles font partie du cycle de la vie.

Frédéric Mora, directeur scientifique du Conservatoire Botanique

Il faut dire qu'une guêpe ouvrière mange d'une à deux mouches ou chenilles par jour pour nourrir, sous forme de boulettes, leurs larves. Un rôle essentiel dans le milieu naturel.

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité