Coronavirus Covid-19: non, n'espérez pas pouvoir jogger (très loin) pendant la durée du confinement

C'est la question que beaucoup de sportifs du dimanche se posent. Maintenant que, pour certains, c'est tous les jours dimanche pendant une durée indéterminée, vont-ils pouvoir faire un peu de sport en dehors de chez eux malgré le confinement ? La réponse semble être non, ou alors pas beaucoup.

Le plaisir de chausser des baskets et d'aller faire un jogging
Le plaisir de chausser des baskets et d'aller faire un jogging © Sigrid Olsson - maxppp
Depuis ce mardi, midi, un panneau barre l'entrée des terrains de sport du complexe de la Malcombe, à Besançon. Interdiction d'accéder au site. Ici-même, la veille, certains parents avaient encore emmené tôt les enfants taper dans la balle et faire du vélo dans les allées plutôt espacées du lieu.

C'est donc fini. Ce midi, la verte plaine faisait grise mine, comme l'atteste cette photo.

Le complexe de la Malcombe est prisé des bisontins.
Le complexe de la Malcombe est prisé des bisontins. © DR

Et tout le monde de s'interroger. Va-t-il être possible de pratiquer une activité sportive ?

La réponse est oui. Mais seul. Et pas longtemps. Après les mots du président de la République, le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a précisé les conditions de la pratique sportive. « On pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien mais chacun devra le faire avec parcimonie. Si je veux résumer : on pourra prendre l'air, mais certainement pas jouer un match de foot ».


Dans la poche, l'attestation dérogatoire


Franck Dasprès, le directeur de la communication de la Préfecture du Doubs se veut plus précis : "C'est la pratique individuelle du sport qui sera tolérée. Et, surtout, à proximité du lieu de résidence. Interdiction de prendre la voiture poour rejoindre des amis dans un parc ou une forêt."
 

Les "sportifs solos" devront bien évidemment être en possession de l'attestation dérogatoire avec, cochée, la phrase : "déplacements brefs à proximité du domicile, liée à l'activité physique individuelle des personnes."

Pour résumer, ce n'est toujours pas si clair que ça. Charge à la police effectuant les contrôles de juger si vous vous trouverez trop loin de votre domicile. 

"La vraie règle c'est : JE NE SORS PAS DE CHEZ MOI !"


C'est Pascal Gudefin, adjoint au maire en charge des Parcs et Jardins qui nous le dit au téléphone. "Au bout d'un moment, l'objectif c'est quand même que les gens ne sortent pas, pour ne pas se croiser ! Le Préfet l'a dit : une personne active croise 50 autres individus dans une journée, ce chiffre doit tomber à 5 !"

Mais l'élu a bien conscience du besoin des habitants de se changer les idées tout en se dégourdissant les jambes. C'est pourquoi, à Besançon, les parcs et jardins restent ouverts. Seuls les lieux avec accueil du public sont fermés, comme la Malcombe.

De la même manière qu'il semble possible de faire un tennis avec un ami, ou une partie de ping-pong..Mais, quid des terrains de pétanque ? C'est vous qui voyez, comme dirait l'autre. Et vous verrez surtout bien ce que vous diront les forces de l'ordre lors du contrôle.

En écrivant ce papier, et au moment de le conclure, on se demande si ce n'est pas terriblement Français de toujours essayer de contourner les règles sans juste devoir faire avec. Mais ce n'est que notre avis.




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société sport