Covid-19 : la "HD1 Coeur ouvert" de l'horloger Humbert Droz, une montre tout en symboles pour faire face à la crise

C'est un véritable coup de poker économique tenté par l'horloger de Besançon (Doubs). Sortir durant la crise une nouvelle montre d'un haut niveau technologique était un pari risqué. À l'heure des bilans, la "HD1 Coeur ouvert" a permis à Humbert-Droz de surmonter une année très difficile. 

© Jean-Stéphane Maurice

"Il est temps que cette année 2020 se finisse, car nous avons tous envie de très vite l'oublier" nous explique Julien Humbert-Droz, le jeune directeur de l'entreprise familiale crée par son arrière grand-père. Quatre générations à la tête de ce symbole de l'horlogerie bisontine, et la crainte au plus fort de la pandémie du printemps de ne pouvoir surmonter la crise. La sortie d'une nouvelle montre, la "HD1 Coeur ouvert" va donner un nouveau souffle à la marque et l'aider à dépasser les difficultés.

Dans les coulisses de la fabrication de la nouvelle montre HD1 Coeur ouvert

 

Ses lettres de noblesse, la société les a acquises dans la fabrication de montres pour des marques prestigieuses ainsi que dans la réparation de montre de hautes technologies. Reparalux est devenue une référence depuis 1956, mais la pandémie à mise à mal plus de cinquante années de travail. Si l'atelier n'a jamais fermé avec la présence de la direction, la production s'est trouvée totalement arrêtée dans un pays confiné et le personnel mis en chômage partiel. 

 

Un atelier déserté de ses ouvriers spécialisés lors du premier confinement. Depuis, un chômage partiel est imposé le vendredi pour faire face au manque de travail.
Un atelier déserté de ses ouvriers spécialisés lors du premier confinement. Depuis, un chômage partiel est imposé le vendredi pour faire face au manque de travail. © Jean-Stéphane Maurice

L'entreprise a tout misé sur sa créativité

Travailler pour ses partenaires étant devenu impossible, il fallait trouver une solution pour avancer. C'était une question de survie. L'entreprise a alors tout misé sur sa créativité. Il y a eu d'abord la sortie de la Réa Chrono au printemps pour rendre hommage au personnel hospitalier. Mais Humbert-Droz est surtout connu pour la qualité de ses mouvements, et il fallait faire aboutir un projet auquel Julien et son père pensaient depuis deux ans. Il y a quatre ans, la première montre HD1 de la marque avait eu un succès retentissant. Pourquoi ne pas lancer une réédition en 200 exemplaires avec cette fois un cœur ouvert. Une première pour l'horloger, mais un pari risqué à un moment où l'économie est au plus mal.

 

La HD1 Coeur ouvert a permis a Humbert-Droz de se concentrer sur un nouveau projet au moment où ses partenaires économiques ont drastiquement réduis leurs commandes.
La HD1 Coeur ouvert a permis a Humbert-Droz de se concentrer sur un nouveau projet au moment où ses partenaires économiques ont drastiquement réduis leurs commandes. © Humbert-Droz

 

Pour cette nouveauté, Humbert-Droz a travaillé en partenariat avec les établissements Bailly de Besançon afin que le mouvement Suisse ETA 2824 puisse apparaître au regard de tous. Un travail de très haute précision qui symbolise un savoir-faire horloger franc-comtois récemment inscrit par l'Unesco au patrimoine mondial de l'humanité.

 

Humbert-Droz a travaillé en partenariat avec les établissement Bailly de Besançon. Un travail d'ajourage de très grande précision réalisé sur la platine et le pont d'ancre permet de voir battre le cœur de cette montre.
Humbert-Droz a travaillé en partenariat avec les établissement Bailly de Besançon. Un travail d'ajourage de très grande précision réalisé sur la platine et le pont d'ancre permet de voir battre le cœur de cette montre. © Humbert-Droz

 

Une montre au "grand cœur" qui permet à l'entreprise de surmonter la crise du Covid-19


Un mois après la sortie de ce nouveau modèle, le constat est sans appel. "Nous avons pris un risque avec cette montre à cœur ouvert, mais il s'est avéré gagnant ! C'est un coup de cœur pour les amateurs qui nous suivent depuis plusieurs années. J'ai eu peur lors du premier confinement pour la survie de Reparalux que mon arrière-grand-père avait créé, et que mon grand-père Jean et mon père Frédéric ont fait prospérer. Plus aucune commande, plus aucune réparation. Nous courrions à la catastrophe. Aujourd'hui, je constate avec fierté que ce sont nos créations sous la marque Humbert-Droz qui ont permis à l'entreprise familiale de se sauver économiquement et moralement en allant toujours de l'avant. Mais le début d'année sera décisif et l'activité ne doit pas connaître de troisième confinement qui serait pour nous catastrophique" nous explique Julien Humbert-Droz. 

Jean, Frédéric et Julien, quatrième génération des Humbert-Droz qui a repris l'entreprise familiale créée en 1956 par son arrière-grand-père. Toujours en activité à 83 ans, Jean a été obligé de délaisser l'atelier depuis le mois de mars afin de se préserver de tout risque de contamination.
Jean, Frédéric et Julien, quatrième génération des Humbert-Droz qui a repris l'entreprise familiale créée en 1956 par son arrière-grand-père. Toujours en activité à 83 ans, Jean a été obligé de délaisser l'atelier depuis le mois de mars afin de se préserver de tout risque de contamination. © Humbert-Droz

Entre arrêt de l'activité et chômage partiel, l'atelier a connu ses trois premiers cas de Covid 19 à la fin du mois d'octobre. La situation a très vite été prise en main et le virus ne s'est heureusement pas propagé. Raison de plus pour laisser Jean, le grand-père, loin de l'atelier. "À 83 ans, il continuait de travailler, car l'horlogerie reste sa passion. Les journées sont longues pour lui nous explique Julien, son petit-fils a qui il a transmis les rênes de l'entreprise familiale, mais nous nous devions absolument de le protéger".

Avec une année 2020 très tendue financièrement, 2021 risque d'être une année de transition. Néanmoins, si les créations vendues systématiquement en série spéciales limitées et numérotées, continuent d'avoir une croissance de 25 %, Humbert-Droz devra à nouveau innover et satisfaire les demandes afin de poursuivre dans les veines de ce cœur ouvert qui marquera l'histoire de l'entreprise bisontine.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
horlogerie économie covid-19 santé société crise économique