Cet article date de plus de 6 ans

Crash de l’hélicoptère : l’un des deux survivants met en cause le brouillard

Selon le site RTS, l’un des survivants du crash, qui a ôté la vie à cinq Suisses jeudi dernier à Bart (25), a affirmé que le pilote avait touché des arbres en essayant d'atterrir sur la piste d'un aérodrome. Selon lui, "l'appareil était pris dans le brouillard".

D'après nos confrères de RTS, " "le pilote a aperçu une trouée dans le brouillard. Il s'est engagé pour rejoindre la piste d'atterrissage" mais  "il a touché des arbres" avant de s'écraser. Voici la déclaration de l’un des deux survivants du crash exprimée aux enquêteurs de la gendarmerie.



Témoignages contradictoires selon le vice-procureur de Montbéliard

Le brouillard était évoqué comme une possible raison du crash. Cette fois-ci, un témoin direct, l'un des deux surveillants, pointe du doigt les conditions climatiques.

Et pourtant, selon le vice-procureur de Montbéliard, ce témoignage "est contradictoires avec d’autres déclarations de témoins". "Nous avons également des témoignages, de personnes au sol, contradictoires. Il faut encore vérifier si à ce problème météorologique s'ajoute un problème mécanique ou autre", a-t-il ajouté.

Le deuxième survivant de l'accident, un Suisse de 45 ans hospitalisé à Bâle, n'a pas encore été entendu par les enquêteurs français.


Les victimes décédées après "une chute de grande hauteur"

Selon le vice-procureur de Montbéliard, l'autopsie des cinq personnes décédées, dont le pilote, a permis d'établir que leur mort était "consécutive à une chute de grande hauteur" et à des "polytraumatismes graves". 

Le pilote ne présentait pas de pathologie qui aurait pu justifier une perte de conscience ou un malaise, a-t-il précisé.



Hommage du Grand Conseil

Le Grand Conseil vaudois a observé un instant de silence mardi 7 octobre, en hommage aux victimes de l'accident.

"Au-delà de la seule Fédération vaudoise des entrepreneurs, c'est par le rayonnement des défunts et leur implication dans la vie économique, sociale et associative que beaucoup de Vaudois sont directement touchés", a souligné le président du Grand Conseil Jacques Nicolet.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers