Elisabeth Borne, ministre du Travail, dans le Doubs : pour l’avenir de l’automobile à Stellantis Sochaux et l’apprentissage à Besançon

Publié le
Écrit par Catherine Eme-Ziri
Élisabeth Borne, ministre du Travail, à gauche, visite le site Stellantis de Sochaux
Élisabeth Borne, ministre du Travail, à gauche, visite le site Stellantis de Sochaux © Eric Debief France Télévisons

Elisabeth Borne, ministre du Travail, était ce mardi 23 novembre dans le Doubs. À Sochaux, elle a visité Stellantis et vu le premier véhicule sorti de la nouvelle ligne d’assemblage.

Une « tortue » : tel est le nom du véhicule qu’Élisabeth Borne a pu admirer. C’est, en effet, le premier véhicule qui est sorti lundi 22 novembre de la nouvelle ligne d’assemblage « Sochaux 2022 ». Dans ces nouveaux locaux de 135.000 m2, a été produite une Peugeot 3008, une voiture test qui ne sera pas commercialisée. Histoire de vérifier si tout fonctionne parfaitement…

Au programme : transition et donc reconversion

Stellantis a présenté ses dispositifs pour la reconversion professionnelle, la transition intra-entreprise ou encore l’accompagnement de la mobilité en interne et en externe. Selon la direction, 4500 salariés ont bénéficié d’au moins un dispositif. La ministre du Travail a profité de cette visite pour, justement, aborder les mutations que connait le secteur automobile. C’est ici, sur le site de Sochaux, que se joue une partie de l’avenir de l’automobile. De nombreux défis attendent entreprises et salariés, le principal étant de passer du moteur thermique à l’électrique. Elle a assuré que le gouvernement accompagnerait les formations et les reconversions. Pour l’automobile et d’autres secteurs.  

La ministre du Travail a insisté : « Les reconversions professionnelles, c’est un enjeu important quand on voit que la transition de notre économie est accélérée par la crise sanitaire, par la transition écologique et numérique. C’est essentiel de pouvoir accompagner les salariés dans ces transitions. » Elle assure également « un soutien financier du gouvernement pour les entreprises qui veulent adapter les compétences de leurs salariés. » Élisabeth Borne a promis que, pour les petites entreprises, l’État prendra en charge 100% du financement des salaires et des formations des personnes en reconversion car, dit-elle « Il faut sécuriser les salariés quand ils changent de métier. »  

Pour la CGT, cette visite est « un non-événement »   Dans un communiqué, le syndicat juge cette visite ministérielle inutile : « Les salariés n’ont rien à attendre de ce gouvernement en tournée électorale pour l’échéance de 2022. La direction a supprimé des centaines d’emplois en CDI sur le site de Sochaux, tout en ayant recours à l’intérim de façon quasi constante sans que ce gouvernement n’y trouve à redire... Il y a quelques mois Tavarès annonçait un record historique de bénéfices, 6 milliards d’euros pour le 1er semestre 2021 soit 3 fois plus en deux fois moins de temps que l’année 2020... Pour la CGT cette politique est scandaleuse. »  

A Besançon, une enveloppe de 7,5 millions pour l’apprentissage

La ministre a poursuivi sa visite dans le département du Doubs en se rendant à l’école de production à Besançon, établissement privé de formation par l’apprentissage. 

À cette occasion, Élisabeth Borne a annoncé un financement de 7,5 millions d’euros pour ces établissements.             

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.