Les Alliés, Hauterive, Granges-Narboz : l’eau arrive par camion dans certaines communes du Haut-Doubs

La sécheresse progresse lentement mais sûrement. Au point que certaines communes, même avec les arrêtés de restriction d'usage de l'eau ne peuvent plus faire face à la consommation de leurs habitants. C'est le cas dans le Haut-Doubs.

Une livraison d'eau potable aux Alliés une commune du Doubs.
Une livraison d'eau potable aux Alliés une commune du Doubs. © France 3 Franche-Comté : David Martin
Granges-Narboz vient d'entrer dans la ronde des villages approvisionnés par camion. Tout comme Hauterive-la-Fresse et Les Alliés depuis juillet. Une situation qui tend à se répéter et à s'aggraver d'année en année. L'eau devient un enjeu criant et urgent.

Déjà victimes d’une sécheresse qui les avait contraints à distribuer des packs d’eau à leurs administrés en 2015, les élus des Alliés prennent leur mal en patience depuis des semaines tout en surveillant leur budget qui menace de tomber à son étiage le plus bas.

En deux mois, ce ne sont pas moins de 24 camions de 25m3 chacun qui ont été acheminés jusqu’au réservoir de la commune. A 220€ le trajet hors taxe auxquels s’ajoutent 1,29€ par mètre cube, Les Alliés ont déjà dépensé plus de 6 000€ pour assurer un besoin vital, sans aucune solution en ligne de mire.

 
Haut-Doubs : plusieurs communes alimentées en eau par camions en raison de la sécheresse

 

Trouver d'autres sources d'alimentation en eau 


D’ordinaire, l’eau des Alliés arrive de Ville-du-Pont. Le syndicat des eaux de Dommartin prend le relais en cas de problème. Mais plus maintenant : les niveaux sont trop bas. La petite commune doit donc étudier des solutions pour éviter que la pénurie ne s’installe durablement sur son territoire.

Un branchement sur le réseau du Grand Pontarlier, dont les puits implantés sur la plaine de l’Arlier alimentent tout le secteur, a été envisagé il y a une dizaine d’années. Jugé trop coûteux, il avait été écarté. Par ailleurs, compte-tenu du développement de la population du bassin, la capitale du Haut-Doubs qui produit quelque 9500 m3/jour, ne pourrait pas répondre à la multiplication des sollicitations.

La commune des Alliés pourrait également envisager d’assainir les sources présentes sur son territoire, sources que l’ARS, l'Agence Régionale de Santé lui a interdit jusqu’ici d’exploiter pour des raisons sanitaires. La communauté de communes de Montbenoît à laquelle elle appartient fait également des recherches dans les sous-sols karstiques d’Entre-Roches, mais la route est longue des études jusqu’au robinet. Un temps envisagée, l’échéance 2020 paraît aujourd’hui hors de portée.

Pour l’heure, Les Alliés ont décidé de juguler leur développement en interdisant toute nouvelle construction sur le territoire communal, provoquant l’incompréhension des administrés. Une décision radicale qui ne résout rien : le Haut-Doubs ne pourra pas faire plus longtemps l’économie d’une réflexion globale sur sa capacité de production de l’or bleu.



 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo environnement société