• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Aux Fins, l'année commence bien pour les conscrits !

Être conscrit un 1er janvier, une certaine idée de l'abnégation et de l'esprit d'équipe. / © Denis Colle
Être conscrit un 1er janvier, une certaine idée de l'abnégation et de l'esprit d'équipe. / © Denis Colle

Si l'armée ne recrute plus pour le Service Militaire Obligatoire, la fête des conscrits est encore une tradition dans certains villages comtois, comme aux Fins. Ça se passe le 1er janvier, histoire de pimenter la chose.  

Par Clément Jeannin

Ils ont été réveillés à l'aube. Ce qui est rarement plaisant quand on a dix-sept, dix-huit ans. Et puis ils sont allés à la messe de 10H, ce qui n'est pas toujours plaisant également. Enfin, ils ont du traverser la commune des Fins pour aller à la rencontre des habitants. Ça, par contre c'est plaisant. mais fatiguant.

On appelle cela la tradition. Aux Fins, comme dans d'autres communes du Haut-Doubs comme Gilley, Montlebon ou encore les Gras, les jeunes de 18 ans, les conscrits font la fête le 1er janvier. Ce matin, ils étaient 14 chantelots (nés en 1998) épaulés par 10 conscrits ( nés en 97, vous suivez ?).

Toutes les explications dans le reportage de Lucie Thiery et Denis Colle.
Les conscrits des Fins


Sur le même sujet

Retraites : Marie-Calire Roussel

Les + Lus