Congrès de la FDSEA : les agriculteurs s'emparent de la question du dérèglement climatique

Florent Dornier, secrétaire général adjoint de la FDSEA lors du Congrès de la FDSEA du Doubs, le 31 janvier 2020 à Morteau. / © France 3
Florent Dornier, secrétaire général adjoint de la FDSEA lors du Congrès de la FDSEA du Doubs, le 31 janvier 2020 à Morteau. / © France 3

Le congrès de la FDSEA du Doubs s'est tenu ce vendredi 31 janvier à Morteau et pour la première fois, les agriculteurs ont abordé le thème du dérèglement climatique. A l’occasion, découvrez une ferme éco-responsable.

Par Vanessa Hirson

2018 et 2019, ont été deux années catastrophiques pour les agriculteurs. La sécheresse a fortement impacté leurs champs et leur bétail. Souvent les premières victimes du dérèglement climatique, les agriculteurs admettent ouvertement qu'ils en sont aussi "responsables".

" Dans l’agriculture, on gère en permanence des compromis entre l’économie, le social et l’environnement. Aujourd’hui, il faut changer ça même si c’est difficile. En effet, au niveau mondial, l’agriculture est responsable de 25% des gaz à effet de serre. Dans le même temps, d’ici les cent prochaines années, la population mondiale va augmenter de 15 à 25% et il faudra continuer à nourrir la planète", relate Florent Dornier, secrétaire général adjoint de la FDSEA.

C’est donc pour cette raison, que le congrès de la FDSEA du Doubs, Fédération Nationale des Syndicats d'Exploitants Agricoles, qui s’est tenu ce jour à pour vocation de lister des pistes que chaque agriculteur peut ensuite s’approprier pour son exploitation. "Il en va pour l’eau mais aussi les bâtiments qu’il faudra dans les prochaines années, isoler du chaud. D’après nos calculs, dans 100 ans, notre région aura les mêmes températures qu’à Orange à cette époque", poursuit Florent Dornier.


Une ferme éco-responsable

Chez les Faivre-Pierret, on n’a pas attendu le congrès de la FDSEA du Doubs pour évoquer des pistes de solutions. Dans cette exploitation de Villers-le-Lac, depuis 1992, tout est calculé au centime près. L’eau utilisée est pour 50% de l’eau de pluie récupérée dans des citernes. Avec cette eau, ces exploitants nettoient et nourrissent les bêtes. 

Reportage de Karim Baïla et Antoine Laroche
 
Une exploitation agricole éco-responsable




 

Sur le même sujet

Les + Lus